Skip to navigation – Site map
Recensions

Stéphane Le Bras, Le négoce des vins en Languedoc. L’emprise du marché (1900-1970)

Olivier Jacquet
Bibliographical reference

Stéphane Le Bras, Le négoce des vins en Languedoc. L’emprise du marché (1900-1970), Tours, PUFR, 2019, 496 p.

Full text

  • 1 Excepté l'indispensable et pionnier ouvrage de Christophe Lucand, Les négociants en vins de Bourgo (...)

1Voici un ouvrage qui vient poser un jalon déterminant dans la connaissance de l’histoire vitivinicole contemporaine. Contrairement à celle de la viticulture, l’histoire du négoce des vins reste une thématique encore peu étudiée1 malgré l'importance de ces acteurs dans le fonctionnement économique, politique et technique de la filière depuis le XVIIIe siècle. Le travail de Stéphane Le Bras vient désormais combler ce vide dans un vignoble, le Languedoc, longtemps resté premier territoire viticole français et mondiale en termes surfaces et de volumes produits et vendus.

2Saluons en premier lieu cet ouvrage sur sa forme et sa mise en page agréable autant que très didactique. De nombreux encarts sont en effet disposés dans les pages de ce travail, renseignant le lecteur sur des points contextuels précis ou réalisant des zooms reprenant en détail certains sujets traités. En outre, les nombreux graphiques et tableaux intégrés au récit sont tout à fait bienvenus et offrent de pertinents outils permettant d'étayer la démonstration. Enfin, l’auteur n’a pas manqué d’enrichir son texte de nombreuses illustrations, parfois inédites, et qui renforcent l’intérêt du lecteur.

3Outre sa mise en page léchée, l’une des premières vertus de cet ouvrage réside dans sa capacité à dresser un tableau complet, précis et évolutif du monde du négoce languedocien sur le grand XXe siècle. L’auteur part d’un constat : la quasi disparition, dans les années 1970, de cet acteur pourtant omniprésent au début du siècle sur le territoire languedocien et, plus largement, sur les marchés nationaux. A l’aide d’un corpus archivistique très varié, systématiquement dépouillé, croisé et traité de manière très exhaustive, il parvient donc à montrer, mais surtout à cerner assez précisément les facteurs ayant engendré ce déclin ou, tout du moins, provoqués les mutations à l’œuvre aux cours de ces décennies de transformation inédite du vignoble français. Le propos est ainsi, et par exemple, très clair et très argumenté pour les années 1920 et 1930. Les conséquences du premier conflit mondial, mais également des crises et règlementation décisives des années 1930 provoquent une évolution majeur de ce négoce languedocien (concentration, modernisation technique, commerciale...) décrite systématiquement dans sa toute diversité. La mise en exergue de l'arrivée de nouveaux investisseurs exogènes à ce vignoble et le développement des concurrences extérieures est, à ce titre, tout à fait éclairante. La période courant de la Seconde Guerre Mondiale aux années 1970 permet ensuite de bien comprendre l'ensemble des paramètres et contextes participant au lent déclin du négoce méridional. L'une des forces de cet ouvrage repose en particulier sur le recours à des sources très diverses et à leur utilisation systématique dans des analyses en jeux d'échelles. De fait, l'auteur peut pointer l'ensemble des paramètres activant ce lent déclin du négoce, qu'ils soient politiques, règlementaires, sociaux, commerciaux, liés aux réputations ou plus prosaïquement, judicaires après 1945 et suite à la compromission de certains avec l'ennemi. L'ouvrage permet aussi au lecteur d'appréhender, durant cette dernière période, l'évolution des rapports de force locaux (entre négociants ou entre les différents acteurs de la filière), mais également ceux à l'œuvre en dehors du Midi. En témoignent les coups de boutoir de la concurrence commerciale des vignobles Algériens, les changements dans les modes de consommation ou l'influence croissante des pouvoirs publics dans l'organisation des marchés.

4Dans cette aventure toute à fait passionnante du négoce languedocien, soulignons également la confrontation récurrente, et quand les archives le permettent, entre les évolutions constatées de la filière et, par le biais de discours et de témoignage, la façon elle interprètent et vit ces changements à une période donnée.

5Au delà de sa trame chronologique assumée, l'ouvrage prend systématiquement le temps de s'arrêter, à l'occasion de chaque grande période, pour dépeindre précisément ce négoce méridional et ses interactions dans la vitisphère languedocienne. L'auteur cherche ainsi et méthodiquement à définir et comprendre l'ensemble des réseaux et des lieux occupés par ces négociants. L'ouvrage permet ainsi de les situer dans leurs chais, au bureau, dans leur vie quotidienne, en famille, sur les marchés, dans les espaces commerciaux et sociaux qu'ils fréquentent. Même si, parfois, le lecteur aimerait aller un peu loin dans cette exploration, en particulier dans les rapports entretenus avec les mondes syndicaux vignerons de la région, les espaces consulaires, ou les sphères politiques, il est indéniable que l'étude très complète de ces de ces réseaux et espaces sociaux permet, d'une part, d'asseoir solidement la démonstration pour l'ensemble de l'ouvrage et, d'autre part, d'étoffer amplement les connaissances sur le Midi viticole. Notons d'ailleurs que ces analyses s'appuient sur un nombre considérable de dépouillements de sources privées. Elles permettent à Stéphane Le Bras d'illustrer ses propos par très nombreux exemples d'entrepreneurs ou de maison de négoce dont il suit, pour certaines, l'évolution durant toute la période consacrée par l'ouvrage.

6Le négoce des Vins en Languedoc. L'emprise du marché, 1900-1970, s'impose donc comme un ouvrage indispensable à qui s'intéresse à l'histoire de la vitiviniculture en France, de son économie, de ses acteurs dans toute leur diversité, comme de ses mutations. Cependant, l'histoire de la vigne et du vin n'est pas réductible à elle-même et constitue un prisme privilégié d'observation de l'histoire sociale, économique, culturelle, technique ou politique. Aussi, en privilégiant une analyse sur le temps long, étayée par une approche exhaustive du sujet traité, cet ouvrage offre de nouvelles perspectives à l'histoire économique et sociale contemporaine.

Top of page

Notes

1 Excepté l'indispensable et pionnier ouvrage de Christophe Lucand, Les négociants en vins de Bourgogne : de la fin du XIXe siècle à nos jours, Féret, 2011.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Jacquet, « Stéphane Le Bras, Le négoce des vins en Languedoc. L’emprise du marché (1900-1970) », Crescentis : Revue internationale d'histoire de la vigne et du vin [Online], 2 | 2019, Recensions, Online since 15 December 2019, connection on 23 February 2020. URL : http://preo.u-bourgogne.fr/crescentis/index.php?id=998

Top of page

About the author

Olivier Jacquet

Institut Universitaire de la Vigne et du Vin « Jules Guyot »Centre Georges Chevrier, UMR CNRS-uB 7366, Université de Bourgogne

By this author

Top of page
  • Logo MSH de Dijon
  • Logo Université de Bourgogne
  • Logo CNRS
  • Logo Chaire Unesco Culture et Traditions du vin
  • Logo Chaire Unesco Culture et Traditions du vin
  • Logo GIP Pôle Bourgogne Vigne et Vin
  • Logo FEDER
  • Logo Crédit Agricole de Champagne Bourgogne
  • Logo Artehis-Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés
  • Logo Les Climats du vignoble de Bourgogne