Le tourisme œno-gastronomique dans la Piana Rotaliana Königsberg : des perspectives de développement

Un parcours de construction de confiance et de cohésion

La Piana Rotaliana Königsberg est une plaine alluviale située au cœur du Trentin (nord de l'Italie) entourée des Dolomites : un territoire viticole, depuis l'Antiquité, qui représente aujourd'hui l'une des zones avec la plus grande concentration de producteurs de la province. La tradition touristique du Trentin remonte au début du XIXe siècle et se caractérise par un fort lien à la montagne : les Dolomites ont en fait été déclarées en 2009 sites du patrimoine mondial de l'UNESCO grâce à l'unicité et de la beauté du paysage, ainsi qu’à leur importance géologique et géomorphologique. Notre territoire se distingue précisément par l'union entre la montagne et les collines/les plaines couvertes de vignes qui se trouvent dans le fond de la vallée. Si la production de vins (production d’origine très ancienne) est reconnue comme de qualité, l’œnotourisme n’a pas trouvé jusqu'à présent le moyen de se développer. Pour cette raison, depuis 2015, le Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg a cherché à créer une stratégie en synergie avec les producteurs, les administrations locales et les associations culturelles qui placent le vin comme produit culturel au centre du dispositif. C’est ainsi qu’est née l'initiative “Incontri Rotaliani” qui vise à faire connaitre d’importantes regions viticoles européens et en même temps, à faire découvrir notre territoire et ses particularités.
En 2019, la première édition a initié la rencontre avec la Bourgogne, avec des représentants du monde culturel (Chaire UNESCO « Culture et Traditions du Vin » et Centre archéologique européen du Mont Beuvray - Bibracte) et productif (BIVB et Association des climats du vignoble de Bourgogne). Deux jours de rencontres et de dégustations qui ont permis à différents publics (amateurs ou professionnels) de rencontrer une autre culture grâce au vin. À côté de cette initiative nous avons commencé à développer, toujours de manière conjointe, d'autres projets tels que : des itinéraires de vélo et de randonnée qui relient les producteurs du territoire ainsi qu’un guide territorial de la gastronomie et du vin. Ce sont les premières étapes d'un parcours de développement à moyen et long terme auquel nous croyons fermement car nous sommes convaincus du potentiel de notre petit territoire niché dans les Alpes.

The Piana Rotaliana Königsberg is an alluvial plain located in the heart of Trentino (northern Italy) surrounded by the Dolomites: a wine-growing territory, since ancient times, which today represents one of the areas with the highest concentration of producers in the province. Trentino's tourist tradition dates back to the early nineteenth century and is characterized as strongly linked to the development of the mountain: the Dolomites were in fact declared a UNESCO World Heritage Site in 2009 thanks to the uniqueness and beauty of the landscape, as well as their geological and geomorphological importance. Our territory is distinguished precisely by the union between the mountain and the hills/plains covered with vineyards that lie at the bottom of the valley. Although the production of wines (with ancient origins) is recognised as being of high quality, wine tourism has not yet found a way to develop. For this reason, since 2015, the Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg has sought to create a strategy in synergy with producers, local administrations and cultural associations that places wine as a cultural product at the centre. This is how the initiative "Incontri Rotaliani" was born, which aims to make known important European wine regions and at the same time to discover our territory and its peculiarities. In 2019, the first edition saw the meeting with Burgundy, with representatives of the cultural world (UNESCO Chair and the European Archaeological Centre of Mont Beuvray - Bibracte) and the productive world (BIVB and the Association of Burgundy Vineyards). Two days of meetings and tastings that allowed different audiences (amateurs or professionals) to meet another culture through wine. Alongside this initiative, we have started to develop, again jointly, other projects such as: cycling and hiking routes that would link the producers of the territory and a territorial guide to gastronomy and wine. These are the first steps of a medium and long term development path in which we strongly believe because we are convinced of the potential of our small territory nestled in the Alps.

La Piana Rotaliana Königsberg è una pianura alluvionale che si trova nel cuore del Trentino (Italia settentrionale) circondata dalle Dolomiti, un territorio coltivato a vite fin dall’antichità che oggi rappresenta una delle zone con maggior concentrazione di aziende vitivinicole della provincia. La tradizione turistica in Trentino risale ai primi dell’Ottocento e si caratterizza fin dalle prime fasi come fortemente legata alla valorizzazione della montagna: le Dolomiti infatti sono state dichiarate nel 2009 Patrimonio Mondiale dell'UNESCO in considerazione dell'unicità e della bellezza del paesaggio, nonché della loro importanza geologica e geomorfologica. Il nostro territorio si distingue proprio per il connubio inscindibile tra la montagna e le colline e le pianure vitate del fondovalle. Nonostante la produzione vitivinicola dalle origini molto antiche sia riconosciuta come di qualità, in questa zona l’enoturismo non ha fino ad ora trovato modo di svilupparsi. Per questo motivo, dal 2015, il Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg ha cercato di creare in sinergia con i produttori, le amministrazioni locali e le associazioni culturali una strategia che ponesse il vino, come prodotto culturale, al centro. Nasce così l’iniziativa “Incontri Rotaliani” che si pone come obiettivo quello di conoscere importanti realtà vitivinicole europee e al contempo di far scoprire il nostro territorio e le sue peculiarità. Nel 2019, la prima edizione, ha visto l’incontro con la Borgogna, con rappresentanti del mondo culturale (Cattedra UNESCO e Centre archéologique européen du Mont Beuvray – Bibracte) e produttivo (BIVB e Association des Climats du vignoble de Bourgogne). Due giorni di incontri e degustazioni che hanno permesso a diversi pubblici (dall’amatore al professionista) di incontrare un’altra cultura attraverso il vino. Oltre a questa iniziativa, in questi anni si è iniziato a progettare e a sviluppare, sempre in modo congiunto, altre progettualità quali percorsi per bici e trekking che mettessero in collegamento le cantine del territorio oltre alla realizzazione di una guida enogastronomica territoriale. Si tratta dei primi passi di un percorso di sviluppo di medio e lungo termine nel quale crediamo fermamente perché convinti delle potenzialità del nostro piccolo territorio incastonato tra le Alpi.

Outline

Text

Contexte : le Trentin touristique

Le Trentin1 est une région d’Italie au cœur des Alpes, dont l’économie touristique est très développée et caractérisée davantage par des activités de plein air et sportives que par l’œno-gastronomie.

Son territoire est presque entièrement occupé par des montagnes, dont 91,5 % se trouvent à plus de 500 mètres au-dessus du niveau de la mer. C'est pourquoi, jusqu'au XIXe siècle, ses vallées étaient pour la plupart isolées, donc difficilement accessibles, peu peuplées et caractérisées par une économie de subsistance. Vers 1850, sous la domination des Habsbourg, la construction des chemins de fer du Brenner avait permis de raccorder ce territoire au sud avec la ville de Vérone et la plaine du Pô, et au nord avec Innsbruck et l’Autriche, en contribuant ainsi fortement au renforcement de l’économie locale.

Cette accessibilité accrue avait aussi contribué à la naissance du tourisme qui s’est développé d’abord lentement puis, de manière inexorable.

Au cours du XIXe siècle, en particulier, un certain nombre de localités de la province, situées à une faible altitude et près des principaux lacs (Garda, Caldonazzo et Levico) ont connu le développement d’un tourisme estival dit "climatique", basé sur ce mélange de climat méditerranéen et de paysage alpin qui est le propre de ces zones. Dans le même temps, les premiers alpinistes européens commençent à explorer les plus belles zones de montagne de cette province dont la notoriété se répand, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, dans des milieux culturels de plus en plus grands. Les Dolomites de Brenta, en raison de leur proximité et de leur accessibilité depuis la ville de Trento, furent le premier massif à être exploré et à rentrer ainsi dans la légende et dans l’histoire de l’alpinisme. Dans l’entre-deux-guerres ces phénomènes connurent un nouvel essor, mais c’est surtout à partir des années 1950 et 1960 que l’économie touristique s’est développée de manière intense et constante sur tout le territoire provincial grâce aux formules conçues pour la haute montagne : du ski et des sports de glisse en hiver, des randonnées et de la fraicheur en été.

À ce jour, la Province de Trento totalise quelque 12 millions de présences touristiques en 2021 (mais on en avait enregistré 18 millions en 2019 avant la pandémie), grâce à une offre touristique particulièrement riche et fort marquée par les formules « haute montagne été et hiver » et par les destinations du Lac de Garde. En hiver, les stations de ski de Madonna di Campiglio et de la Vallée de Fiemme accueillent depuis des années des compétitions internationales de ski et d’autres sports d’hiver (de la Coupe du Monde aux Championnats du Monde). De même, en été, de nombreuses localités en altitude accueillent souvent des compétitions mondiales de VTT (Vallée de Sole), cyclisme (Trento), duathlon, triathlon (Andalo et Molveno) et d’autres encore, ce qui témoigne de la très grande qualité du système touristique du Trentin en termes d’organisation et d’aménagement de l’accueil pour les touristes.

La Piana Rotaliana Königsberg et ses excellences

La Piana Rotaliana Königsberg2 est une petite portion du Trentin, en position barycentrique par rapport au reste du territoire. Elle correspond à une zone administrée par six différentes Communes (Lavis, Mezzocorona, Mezzolombardo, San Michele all’Adige, Terre d’Adige et Roveré della Luna) qui totalisent quelque trente mille habitants.

Bien qu’elle soit exactement au milieu du Trentin, elle présente des caractéristiques qui la distinguent énormément des autres lieux de la région, à deux égards notamment : en premier lieu, son territoire est plat et à faible altitude, tout en étant entouré de montagnes. En deuxième lieu, son économie est très développée et diversifiée mais ne puise que très peu dans le tourisme. C’est l’une des raisons pour lesquelles il n’existait pas, jusqu’il y a quelques années, un véritable réseau d’opérateurs touristiques.

Ce petit lopin de terre possède, toutefois, des ressources touristiques de grande valeur en ce qui concerne, par exemple, la culture et les activités en plein air, mais aussi la viticulture et la gastronomie.

Le vin, La Grappa et… la recherche

La vallée de l’Adige, creusée anciennement par des glaciers, est aujourd’hui sillonnée d’un fleuve et de rivières qui au fil des millénaires ont déposé sur ces territoires des minéraux très divers issus des formations géologiques très hétérogènes que sont les Alpes du Trentin : des roches comme la dolomie, le gypse, l’argile et le porphyre qui ont contribué à la formation de sols uniques, un substrat idéal pour la viticulture.

Nous y cultivons la vigne depuis plus de 2 000 ans. Dans l’antiquité la région était peuplée par les Rhètes et les Romains. Aujourd’hui, on y cultive un cépage autochtone extraordinaire, le Teroldego, dont on obtient un vin d’appellation d’origine contrôlée, le Teroldego Rotaliano (la première AOC reconnue dans le Trentin, en 1971). C’est un vin rouge, couleur rubis très intense : considéré comme le prince des vins du Trentin, il se distingue sur la scène nationale et internationale pour ses caractéristiques organoleptiques particulièrement riches. Mais il n’y a pas que ce fleuron dans cette région, une mention toute particulière devant être réservée au cépage Nosiola, à baie blanche, et aux nombreux autres cultivars internationaux qui donnent naissance, sur nos sols, à des vins magnifiques : du Müller Thurgau au Chardonnay ou au Lagrein, du Gewürztraminer au Riesling, en passant bien sûr par le Pinot Noir.

La Piana Rotaliana Königsberg est aussi le cœur battant de la production du célèbre vin pétillant Trentodoc, méthode classique (qui a reçu beaucoup de prix), et d’une eau-de-vie très appréciée dans le monde, la Grappa.

Il faut ajouter à ces boissons alcoolisées un certain nombre de productions maraichères typiques, telles que la pomme et ses dérivés ou encore l’asperge blanche de Zambana De.Co3.

Tous ces produits sont le fruit du travail d’exploitations prestigieuses, ayant désormais atteint une notoriété internationale et ayant chacune une identité spécifique à raconter, faite d’histoires familiales passionnantes, de fortes personnalités et de viticulteurs charismatiques, d’approches originales dans la production mais surtout de passion et de dévouement. Qui plus est, toutes ces exploitations peuvent compter aujourd’hui sur une nouvelle génération de jeunes viticulteurs-entrepreneurs, grâce également à la présence locale d’un établissement de recherche et de formation agronomique très réputé au plan international : la Fondation Edmund Mach.

Illustration 1. Ressources de la Piana Rotaliana Königsberg

Illustration 1. Ressources de la Piana Rotaliana Königsberg

La Fondation Mach est un organisme public qui compte trois établissements : un Centre d’Éducation et Formation, un Centre de Recherche et d’Innovation et un Centre de Transfert Technologique.

Le Centre d’Éducation et Formation est un établissement scolaire complexe, une vraie singularité sur la scène nationale, qui fait à la fois de la formation professionnelle et de l’éducation spécialisée dans les domaines agricole, environnemental et forestier pour différents types de public, depuis les agriculteurs jusqu’aux étudiants.

Le Centre de Recherche et d’Innovation mène des activités de recherche scientifique, développe des technologies et promeut de l’innovation dans les domaines de l’agriculture, de la bio-économie, de l’écologie, de la biodiversité, de l’environnement et de l’alimentation.

Enfin, le Centre de Transfert Technologique supporte les entreprises privées en encourageant l’application des produits issus de la recherche aux systèmes de production.

Histoire, traditions et architecture

Depuis plus de 11 000 ans la Piana Rotaliana est un territoire où s’imbriquent étroitement des évènements humains et naturels.

Les histoires à raconter seraient très nombreuses : celle des premiers hommes du Mésolithique, des Rhétiques, des Romains, des Lombards, ou celles des familles du comté du Tyrol et de la principauté épiscopale de Trente, dans une région de frontière qui a été aussi un véritable carrefour de cultures où se sont illustrés des personnages célèbres et singuliers.

Nous en retrouvons des témoignages matériels dans certains immeubles, certaines collections et certaines créations exceptionnelles, ou immatériels, comme les légendes et les traditions locales.

Deux sites sans aucun doute extraordinaires, expriment en partie cette complexité et recelent un grand potentiel touristique inexprimé. Il s’agit du Museo degli Usi e Costumi della Gente Trentina (MUCGT) à San Michele all’Adige et du Giardino dei Ciucioi, à Lavis.

Le MUCGT est l’un des musées ethnographiques les plus importants d’Italie : il compte jusqu’à 43 salles où sont exposés le système agro-sylvo-pastoral des montagnes du Trentin, l’artisanat issu des activités paysannes (travail du bois, du fer, du cuivre, de la céramique et le tissage), sans oublier les témoignages de la vie religieuse, musicale et folklorique. Une section spéciale est consacrée à la viticulture locale.

Le Giardino dei Ciucioi, au contraire, est un jardin suspendu du XIXe siècle, unique en son genre, où les ruines et la végétation sont savamment harmonisées pour aménager un scénario extrêmement suggestif. C’est un ensemble très singulier et romanesque de monuments, distribués sur des terrasses spécialement aménagées et entourées de structures architecturales originales et exotiques, selon le goût éclectique de la première moitié du XIXe siècle.

Mais ces deux sites ne sont pas des cathédrales dans le désert, loin de là : le temps et les deux guerres mondiales, heureusement, n’ont pas effacé un grand nombre d’élégants palais, d’églises enrichies de fresques et de châteaux originaux qui ponctuent et caractérisent les villages et les campagnes, en témoignant de la richesse de l’histoire locale.

Paysage et activités en plein air

La Piana Rotaliana Königsberg est aussi caractérisée par une morphologie toute particulière : c’est une vaste plaine, parmi les plus étendues qui soient au cœur des Alpes, entourée de hautes falaises verticales (de nature dolomitique), particulièrement suggestives, et sillonnée de cours d’eau généreux qui arrosent de précieuses zones humides protégées. Autant de caractéristiques orographiques et pédologiques qui expliquent la vocation de cette région pour des activités très particulières que sont :

  • le skyrunning : le long du sentier n° 501 du Mont de Mezzocorona, grâce aussi au téléphérique qui vous dépose là-haut, un record mondial a été plusieurs fois battu de dénivelé positif en 24 heures ;
  • l’escalade : les nombreuses voies (dont le très célèbre Ravin Giovanelli à Mezzocorona) se distinguent quant au degré de difficulté mais partagent la même beauté des panoramas et l’accessibilité sur toute l’année, en raison de leur faible altitude ;
  • la pêche sportive : les rivières Noce et Avisio sont le théâtre idéal pour la pratique de ce sport puisqu’elles accueillent une faune autochtone unique et qu’elles offrent en même temps un paysage d’une beauté surprenante.
  • le cyclotourisme : la position centrale de cette plaine en fait une voie de passage naturelle pour d’importants flux de touristes à vélo, accédant au Trentin surtout depuis le nord.

Qui plus est… sa position

La position de ce territoire (au cœur de la région du Trentin – Haut Adige, bien desservi par les chemins de fer et par l’autoroute A22 de Munich à Vérone), est particulièrement intéressante du point de vue logistique et dispose en effet d’un grand nombre de structures (pour la plupart, des caves viticoles) pouvant accueillir des groupes assez importants, ce qui en fait une destination idéale pour certaines typologies de tourisme MICE4. Ce territoire offre non seulement des services et des infrastructures de bonne qualité mais également un contact direct avec l’environnement. L’offre touristique pour un séjour de plaisir dans tout le Trentin est facilement accessible depuis la Piana Rotaliana.

La valorisation des sites touristiques au niveau local

Certes, les ressources et le potentiel ne suffisent pas pour lancer une véritable destination touristique. Mais de nombreuses études ont prouvé que ces atouts sont particulièrement précieux sur le marché du tourisme et que l’offre œno-gastronomique est de plus en plus déterminante dans le choix des touristes et dans leur expérience vacancière5. Il est donc fondamental que ces ressources soient valorisées et qu’elles jouent un rôle important dans le panier de l’offre touristique du Trentin, pour que celui-ci puisse continuer à satisfaire toujours mieux aux exigences des vacanciers.

Mais il y a plus que cela : l’analyse de territoires à l’offre touristique semblable à celle de la Piana Rotaliana Königsberg (PRK) montre que, dans bien des cas, ces régions ont déjà atteint un développement touristique extraordinaire sans pour autant posséder souvent des ressources aussi riches et précieuses. Ce sont des régions où le phénomène de l’œno-tourisme est aujourd’hui très vivant et florissant et représente le moteur de l’économie locale. Mais par rapport à la PRK, ces territoires sont parfois peu accessibles, ou leur paysage n’est pas particulièrement suggestif ou leur accueil des touristes n’est pas spécialement réputé (en termes de qualité ou de notoriété des productions locales). La Piana Rotaliana peut au contraire tirer aussi parti de sa position géographique, proche des haut-lieux du tourisme œno-gastronomique du Haut Adige, comme l’extraordinaire Weinstraße, par rapport à laquelle la PRK ne doit pas craindre la comparaison et avec laquelle, au contraire, elle pourrait dégager des synergies et lancer des collaborations, étant donné leur continuité territoriale parfaite.

De plus, la Piana Rotaliana Königsberg peut vanter d’autres facteurs essentiels :

  • la présence sur son territoire d’un nombre élevé d’acteurs privés décidés à œuvrer pour le développement touristique local ;
  • la possibilité de bénéficier de lois favorables, ainsi que des aides et des services de promotion touristique spécialement voulus par la Province Autonome de Trento ;
  • la présence d’un réseau de bénévolat (notamment les syndicats d’initiative, appelés Pro Loco) fort et déterminé à valoriser le territoire.

En 2011, un parcours de développement touristique a donc été lancé via la création d’une petite DMO6, appelé Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg. Conformément à une loi provinciale (n° 8 de 2022), les Pro Loco7 ont donc créé un nouvel acteur, sous la forme d’une association, pouvant jouer le rôle d’organisme responsable de la valorisation touristique locale et étant ainsi éligible à un financement public ad hoc.

En résumant, l’approche méthodologique suivie par les organisateurs a été la suivante : le premier objectif était tout d’abord de construire un capital humain, en réunissant des compétences spécifiques et un savoir-faire adapté. Ensuite, a été mis en place un réseau entre les opérateurs locaux et les parties prenantes. Une importance toute particulière a été attribuée à l’écoute des différents acteurs en vue d’en appréhender les demandes et les aspirations. En même temps, grâce à leurs retours d’information, il a été décidé d’envisager une vision de développement du territoire. Cette vision a été cruciale à la fois pour les parties prenantes locales (collectivités locales et exploitations vitivinicoles, etc.), afin de les orienter vers une cohésion et une prise de conscience accrues, et pour les visiteurs, afin d’engager avec eux un dialogue profitable.

Illustration 2. Les étapes du développement touristique local

Illustration 2. Les étapes du développement touristique local

Voilà qui a permis de définir d’abord une stratégie et de concevoir ensuite un système-produit8 œno-touristique local, c’est-à-dire une offre touristique locale structurée.

Il s’agit de démarches très évolutives qui ne cessent de se parfaire, et qui sont parallèles et étroitement liées.

Il est apparu évident dès le début que les excellences vitivinicoles étaient un atout gagnant essentiel pour caractériser l’identité locale. C’est pourquoi le panier touristique a vite été axé sur le vin et que l’on a commencé à parler d’œno-tourisme.

Le développement du système-produit touristique local

En vue de mettre en place un véritable système-produit, il fallait une forme de coordination structurée entre tous les acteurs de la filière œno-touristique locale (par ex., les caves, les restaurants, les collectivités locales, etc.) et une stratégie de promotion commune : c’est le rôle qu’a joué justement le Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg.

Le développement du système-produit a profité d’une situation de liberté absolue en pouvant « partir de zéro ». Il a été néanmoins articulé et déployé à différents niveaux : il a fallu veiller au développement de toutes les composantes du système, de la dimension macroscopique (commune à tout le territoire : sa marque, par exemple) aux plus menus intérêts de chaque acteur et de chaque interlocuteur (le savoir-faire des voyagistes, par exemple), en passant évidemment par la dimension matérielle des infrastructures et des marchandises ou encore, bien sûr, par la dimension plus intangible et délicate de la communication.

Illustration 3. La matrice du système-produit touristique local

Illustration 3. La matrice du système-produit touristique local

Plus concrètement, cet objectif a été atteint par la maîtrise de ces différents aspects et par le développement d’une vaste série de projets spécifiques intimement liés, en vue de construire une offre complète.

Même s’ils peuvent paraître autonomes et déconnectés, ces projets vont petit à petit s’intégrer et s’enrichir mutuellement pour représenter enfin la charpente de notre système œno-touristique local.

Il a fallu donner la priorité à des actions de partage avec toutes les principales parties prenantes du territoire, qu’elles soient privées ou publiques. L’économie locale est riche et diversifiée, soutenue par tant d’autres secteurs (agriculture industrielle, métallurgie, industrie alimentaire, services publics, commerce de détail) : voilà qui n’a pas favorisé la valorisation touristique des ressources locales ni le développement de projets stratégiques de cette nature. Par conséquent, le premier défi à relever dans le développement touristique local a été l’implication des acteurs socio-économiques sans laquelle tout projet stratégique aurait été voué à l’échec. Cela implique chez la plupart d’entre eux un changement de perspective ainsi qu’une sorte de transformation culturelle de vastes pans de la société. La majorité des résidents, en effet, continuent de considérer cette région comme une zone tranquille de province, tout au plus un lieu de passage, mais sans une vraie identité touristique et sans attractivité potentielle pour tous ceux qui viendraient d’ailleurs. Il apparaît donc nécessaire d’engager une démarche de partage d’informations approfondies sur la valeur touristique du territoire, sur les impacts positifs que le phénomène touristique, s’il est bien maîtrisé, peut générer dans le tissu socio-économique, sur la façon dont le rôle de chaque résident peut changer s’il entre dans la perspective d’appartenir à un système d’accueil touristique.

La gestion de ce processus s’est vite annoncée très complexe et coûteuse, dans le cadre d’un horizon temporel très long. Nous avons mis l’accent sur l’écoute patiente des mille voix du territoire en vue de les accueillir et de les réinterpréter de manière positive dans une démarche où le coordinateur (le Consorzio Turistico) a fait ressortir les demandes, les problèmes, les idées et les aspirations pour les valoriser, puis les condenser sous la forme d’une perspective de travail partagée.

Il a été choisi de procéder par étapes vers le développement de chaque projet pris individuellement. Chaque projet a vu en effet la participation sur le terrain d’un petit groupe d’opérateurs et a présenté l’occasion de partager la connaissance des ressources et de co-concevoir, puis de propager une vision élargie du développement œno-touristique local.

Il a été important aussi de poursuivre plusieurs projets simultanément pour autoriser un développement harmonieux du système pris dans sa globalité. Quelques-uns de ces projets portaient sur le court terme, d’autres sur le très long terme, mais il fallait les développer parallèlement. Cela émanait de l’exigence de concilier différentes exigences, parfois opposées : il fallait, d’une part, produire des résultats en peu de temps (quick wins), qui étaient indispensables pour justifier les investissements aux yeux des parties prenantes et pour préserver l’enthousiasme des opérateurs économiques. Mais il fallait, d’autre part, s’accorder aussi la possibilité de travailler à des objectifs de plus long terme, étant donné l’échelle et la complexité de quelques projets de taille. Heureusement, bien des exploitations participant aux projets plus petits ont pris conscience de cette complexité et l’ont même reconnue comme étant un élément déterminant du parcours à accomplir.

En d’autres termes, il a été capital de lancer des projets ambitieux de grande envergure, permettant ainsi d’ajouter de la valeur à la simple somme des différents chantiers. Ce sont ces projets « de haut niveau » qui motivent et stimulent les opérateurs privés à s’impliquer personnellement dans une nouvelle dimension de travail en équipe sur la scène locale.

Partager la valeur de l’offre > le Guide Wine&Food

L’un des premiers projets - et l’un des plus significatifs - est le Guide Wine & Food : une petite publication qui, tout en étant un moyen de communication tout à fait traditionnel, a joué un rôle capital à la fois pour les visiteurs et la population locale, en ce sens qu’elle a pu rendre la richesse de l’offre œno-gastronomique locale davantage visible et tangible.

Illustration 4. Le Guide Wine&Food

Illustration 4. Le Guide Wine&Food

L’un des premiers objectifs à l’origine de ce projet, en effet, était de promouvoir la conscience de la valeur de l’offre œno-gastronomique locale chez les résidents, et tout particulièrement chez les professionnels du tourisme (hôteliers, restaurateurs, producteurs œno-gastronomiques) et les élus. Vu l’absence d’un organisme de coordination touristique local jusqu’en 2012, ceux-ci avaient agi jusque-là de manière complètement autonome en ignorant souvent l’opportunité d’appartenir à un réseau local et de s’intégrer aux autres. Parfois ils ne connaissaient même pas la plupart des acteurs du système touristique local, tout en évoluant à quelques mètres de distance les uns des autres, au sein d’un même village. Le résultat en était que, jusqu’il y a peu de temps, la plupart des acteurs, y compris les maires de quelques bourgs, ne croyaient pas pouvoir développer une économie touristique locale et affirmaient avec conviction que leur territoire n’avait pas de vocation touristique. À vrai dire, il faut beaucoup de temps pour enrayer une perception et une conviction si exagérément ancrées chez nombre de résidents qui n’ont que peu de lien avec le tourisme mais également chez certains opérateurs, notamment ceux qui restent un peu en marge du système et qui sont donc moins enclins à chercher des collaborations. Ceux-ci ne font d’ailleurs souvent pas partie du Consorzio Turistico et ils ne participent pas non plus aux projets et aux échanges ou interactions qui en émanent.

Le Guide Wine&Food, par conséquent, a donné du corps et de la beauté à une offre riche qui était restée jusque-là cachée et fragmentée.

Ce petit livret a été utile aussi pour jeter des ponts et pour établir des liens entre les différents acteurs du système et est devenu, en dernier ressort, un outil précieux pour les visiteurs attirés par l’offre œno-gastronomique locale.

Depuis une série de points cachés jusqu’à une ligne, visible > le Giro del Vino 50

Un autre projet de taille est le Giro del Vino 50 : une boucle cyclo-touristique de 50 km spécialement conçue pour offrir au public une clé de lecture complémentaire du territoire.

Les exploitations vitivinicoles sont évidemment à la fois le cœur de ce parcours et le moteur de l’offre œno-touristique locale. Même si elles ne sont pas très nombreuses par rapport à d’autres régions, elles possèdent un grand potentiel attractif du fait de leurs particularités : une forte identité, une histoire suggestive, des produits de grande qualité, des valeurs fortes et authentiques et, dans certains cas, des caractéristiques qui les rendent uniques au monde. Cependant, à quelques exceptions près, chacune d’entre elles prise individuellement ne peut être encore considérée comme suffisamment attractive pour convaincre les vacanciers à séjourner dans la Piana Rotaliana Königsberg.

Il manquait donc à cette zone un « produit touristique faisant système », c'est-à-dire un ensemble d'expériences et de services offerts par le territoire dans sa globalité, à travers une communication coordonnée et chapeautée par une marque identitaire forte et partagée. Le Giro del Vino 50 vise à satisfaire ce besoin : il s’agit d’une expérience « de territoire » destinée à un groupe très spécifique d'utilisateurs et en même temps, d’un puissant outil de valorisation de la marque, tant en interne qu'en externe. Le Giro del Vino 50 prévoit en effet des panneaux et des flèches de signalisation (quelque 150 panneaux de différentes tailles le long du parcours) qui donnent beaucoup de visibilité à la marque. De plus, c’est une affirmation d’identité nette et immédiate à l’adresse des hôtes et des résidents, comme pour leur dire : « c’est une région à découvrir lors d'une promenade à vélo dans les vignobles  ».

Illustration 5. Panneaux d’information sur le Giro del Vino 50

Illustration 5. Panneaux d’information sur le Giro del Vino 50

Un échange avec le reste du monde, pour acquérir de l’assurance > Incontri Rotaliani

Toutefois, l'un des projets qui a davantage contribué à redorer l'image de marque œno -touristique de la Piana Rotaliana Königsberg, furent les Incontri Rotaliani. Cet évènement se tient tous les deux ans et consiste en une série de rencontres et d'échanges entre la Piana Rotaliana et de grandes régions viticoles étrangères dans le but de faire connaître notre territoire et ses vins, mais aussi et surtout, d'offrir des opportunités de progrès à tous les acteurs locaux de la filière.

Cette initiative a vu le jour après avoir écouté les aspirations des vignerons : accroître la notoriété vitivinicole de la Piana Rotaliana Königsberg et encourager tout le territoire à « dialoguer » avec ses homologues bien plus réputés et qualifiés.

La première édition de 2019 a accueilli justement la Bourgogne, avec sa Chaire UNESCO, ses représentants institutionnels et un certain nombre de ses viticulteurs.

Parmi les principaux objectifs de cette initiative, rappelons le souhait que de tels événements soient à chaque fois une occasion pour instaurer des partenariats et des relations durables entre les différents territoires. Tel est le sens du pacte d’amitié qui a été signé, par exemple, entre la Commune de Sampigny Lès Maranges et celle de Mezzolombardo.

Illustration 6. Incontri Rotaliani 2019 – quelques images de la manifestation

Illustration 6. Incontri Rotaliani 2019 – quelques images de la manifestation

L’édition de 2021 fut consacrée à l’accueil de la Rioja, région qui a su développer avec succès l’œnotourisme et qui a réussi en même temps à dégager une synergie entre les exploitations très hétérogènes de son territoire.

Les deux « rencontres » ont remporté un très grand succès et ont été très appréciées des professionnels du vin, qu’il s’agisse des producteurs locaux ou, plus encore, des délégués étrangers ou des journalistes venus découvrir le cœur de la viticulture du Trentin. Cette initiative a permis, par exemple, aux producteurs vitivinicoles d’entrer davantage en contact avec des régions et des personnages très renommés et prestigieux dont les mots d’appréciation répétés pour le vin Teroldego Rotaliano les ont rassurés quant au potentiel des productions et du système de la Piana Rotaliana Königsberg.

Concrétiser, renforcer, relier > EnoturLAB – les aspects méthodologiques

Les Incontri Rotaliani ont insufflé dans la province du Trentin un nouvel esprit d'ouverture et de qualité, ce qui a été fondamental pour susciter – chez les acteurs locaux et les collectivités locales - la confiance nécessaire pour jeter les bases d'un projet encore plus grand : l'EnoturLAB.

Il s'agit d'une formation en ateliers, d'une durée de trois ans, destinée aux responsables des exploitations viticoles, qui devrait leur fournir les compétences et les outils nécessaires pour s'affirmer sur le marché du tourisme. Ces exploitations sont d'ailleurs pour la plupart de petite taille et n'avaient jusque-là que très peu d'expérience en matière de tourisme.

Illustration 7. EnoturLAB – le logo du projet de formation

Illustration 7. EnoturLAB – le logo du projet de formation

Le parcours de formation fut long et demanda la participation des pouvoirs publics au plus haut niveau : en 2017, l'œnotourisme fut reconnu comme étant un axe de développement fondamental pour les politiques publiques ; en 2018, une cartographie complète des ressources locales fut réalisée ; en 2019, enfin, la Piana Rotaliana Königsberg fut choisie comme région-pilote pour le développement de l'œnotourisme dans le Trentin, ce qui nous a permis d’envisager un projet de formation ad hoc.

Dans ce cas aussi, comme pour la conception du projet Incontri Rotaliani, fut adoptée une démarche « par le bas » à travers l’écoute des producteurs vitivinicoles. Cela nous a permis d’identifier leurs aspirations communes, sur lesquelles bâtir ensuite les différents ateliers et renforcer ainsi leur cohésion.

Différents objectifs spécifiques de court terme furent partagés et indentifié, concernant tout particulièrement la Piana Rotaliana, et d’autres plus généraux et de long terme, permettant de contribuer au développement de l’œnotourisme dans d’autres vallées du Trentin.

Sur le COURT TERME, en particulier :

  • Qualification de l’accueil et des services de base au niveau de l’exploitation viticole
  • Conception de nouvelles expériences de qualité
  • Partage accru de la vision de développement du territoire
  • Une offre locale plus attrayante et disponible

Quant à la perspective de LONG TERME :

  • Meilleur positionnement de cette destination touristique sur le marché
  • Extension du champ d’action à tout le Trentin
  • Plus de visibilité à l’offre œno-touristique du Trentin.

Le parcours (ou pacte) de formation a été ainsi structuré : sur une durée de 3 ans, un premier module d’auto-analyse, un deuxième module riche en notions de marketing réunies dans un manuel ad hoc, et enfin un troisième module axé sur la conception d’expériences œno-touristiques.

Tableau 1 : Les 3 modules du pacte de formation

MODULE 0 MODULE 1 MODULE 2
Audit et établissement des fiches-entreprise Formation sur l'ADN œno-touristique Phase de formation et de laboratoire pour la conception d'expériences œnologiques uniques
Analyse des entreprises et du territoire Parcours du client et recommandations
Photographie et rapport de la situation Manuel opérationnel à l'accueil

La participation des exploitations a été très encourageante : sur les 50 qui évoluent dans ce petit territoire, presque la moitié fut impliquée.

Illustration 8. EnoturLAB – les exploitations ayant participé

Illustration 8. EnoturLAB – les exploitations ayant participé

Vers la fin 2021, à l’issue de la deuxième année de travail en ateliers, nombre de ces exploitations commercialisent et proposent déjà avec succès les expériences touristiques envisagées aux cours des derniers mois.

Ces expériences reflètent les spécificités locales des producteurs et de leurs exploitations, tout en faisant ressortir des sensibilités et des qualités très différentes : quelques-unes présentent un côté artistique, d'autres un côté historico-culturel, d'autres une facette plutôt ludico-sensoriel et d'autres encore un petit aspect familial.

Certes, ces offres touristiques ne sont pas encore parfaites, mais elles représentent déjà un résultat tangible qui aurait été inconcevable il y a encore quelques années.

Les perspectives de développement

Les bases furent ainsi jetées d’un parcours évolutif qui permettra à ce territoire de s’affirmer de plus en plus comme une vraie destination de l’œno-tourisme. Un territoire connu et apprécié où le tourisme sera une partie intégrante de l’économie locale, riche et diversifiée, et contribuera à préserver la qualité de vie des résidents grâce à des infrastructures, des services, des expériences et des produits culturels de qualité.

Le secteur de l’accueil connaîtra un processus de transformation graduelle dont vont naître de nouvelles structures de petite ou moyenne taille mais de très grande qualité, ainsi que de nouveaux emplois pour toute la filière.

Le réseau des véloroutes et des itinéraires piétons sera étendu et qualifié davantage en vue de mieux relier les différents bourgs de la Rotaliana Königsberg et d’offrir, en même temps, des parcours agréables et suggestifs aux visiteurs et à la population locale.

L’offre culturelle sera parallèlement enrichie, à travers un foisonnement d’initiatives de qualité, pour satisfaire aux exigences d’un public œno-touristique qualifié et pour offrir aux résidents des opportunités d’évolution et d’ouverture.

Tout cela sera possible, en particulier, grâce au renforcement progressif du produit de l’œno-tourisme local, en vue d’attirer des flux de touristes de plus en plus importants : de nouveaux services seront conçus de concert avec le territoire et de nouvelles actions seront lancées afin de mieux communiquer l’identité locale et l’offre touristique au public. Parmi ces actions rappelons, à titre d’exemple :

  • L’aménagement d’un réseau de structures d’accueil qui serait autant de vitrines et de lieux de dégustation des produits œno-gastronomiques locaux. Les « Case del Vino » (les « Maisons du Vin » et de la gastronomie) de la Piana Rotaliana Königsberg seront abritées dans de vieux bâtiments historiques où l’on pourra apprécier la richesse de l’offre œno-gastronomique locale, dans toutes ses facettes.
  • La mise en place d’un point d’information caractéristique et original.
  • La multiplication de formations pour les professionnels du tourisme afin d’en améliorer les compétences et de promouvoir sur place la naissance de nouveaux métiers (tels que, par exemple, les « narrateurs du vin »)
  • La conception d’expériences de formation et le développement de l’implication des citoyens, afin de les sensibiliser toujours plus au rapport avec leur environnement et de partager avec eux des outils qui en assurent un développement équilibré et harmonieux.
  • La réalisation d’un réseau d’itinéraires de trekking du vin, c’est-à-dire des randonnées en boucle consacrées aux productions vitivinicoles locales, pour enrichir l’offre destinée aux visiteurs et aux résidents.
  • Le renforcement des réseaux locaux d’opérateurs économiques, leur permettant de mieux interagir mutuellement et avec les institutions au sujet du développement touristique, et de renforcer par-là la cohésion et l’efficacité du système.

Remarques finales

Avec le recul, nous croyons pouvoir affirmer que grâce au travail accompli nous avons atteint quelques-uns des objectifs clés que nous nous étions fixés. Tout d’abord la confiance, parmi les différents acteurs touristiques (des élus aux viticulteurs), dans le Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg, mais également dans cette vision partagée du développement de l'œnotourisme.

Cela a dégagé, par ricochet, une participation accrue, une plus grande cohésion entre tous les acteurs et de nouvelles perspectives économiques.

Enfin, le processus qui vient d’être démarré ne cesse d’alimenter un partage croissant de connaissances entre tous les acteurs du réseau local. Ce qui contribue progressivement à améliorer notre écosystème, en termes de qualité et de durabilité de toutes ses pratiques.

Glossaire

  • Piana Rotaliana Königsberg : territoire de la province de Trento, dans la région du Trentin Haut-Adige, qui correspond aux communes de Lavis, Mezzocorona, Mezzolombardo, Roveré della Luna, San Michele all’Adige et Terre d’Adige.
  • DMO : Destination Management Organisation
  • MICE : Meeting, Incentive, Congress & Events

Bibliography

Josep EJARQUE, Destination Marketing. La nuova frontiera della promocommercializzazione turistica, Milano (IT), Hoepli, 2009, 354 p.

Mariangela FRANCH, Marketing delle destinazioni turistiche. Metodi, approcci, strumenti, Milano (IT), McGraw-Hill, 2010, Collana di istruzione scientifica - discipline aziendali, 356 p.

Roberta GARIBALDI, Rapporto sul Turismo Enogastronomico Italiano 2020: Trend e Tendenze, Associazione Italiana Turismo Enogastronomico, 2020 - ISBN : 979-12-200-6370-8

Lia GHILARDI, Making the most of cultural and creative resources: the mapping and strategy building handbook for creative towns and regions, EU Eastern Culture and Creativity Programme, 2017

Paolo GRIGOLLI, Turismi responsabili. Teorie, pratiche, prospettive, Milano (IT), Franco Angeli, 2011, Textbooks Scienze e professioni del turismo, 314 p.

Andrew KELLY, Melanie KELLY, Managing Partnerships, Bristol (UK), Bristol Cultural Development Partnership, 2002, 62 p.

Francesco MAURI, Progettare progettando strategia. Il design del sistema prodotto, Milano (IT), Masson, 1996, Il Progetto - Dunod, 242 p.

Joseph PINE B., James H. GILMORE, The Experience Economy. Work is theatre and every business a stage, Boston, Massachusetts (USA), Harvard Business School Press, 1999.

Notes

1 La portion méridionale de la Région italienne Trentino – Haut Adige est administrée par la Province Autonome de Trento. Elle jouit d’un statut d’autonomie (par rapport à l’État central) reconnu dans la Constitution qui lui permet de légiférer de façon indépendante dans certains domaines et de bénéficier d’un certain degré d’autonomie fiscale. Return to text

2 Territoire de la province de Trento, dans la Région du Trentin - Haut Adige, correspondant aux Communes de Lavis, Mezzocorona, Mezzolombardo, Roveré della Luna, San Michele all’Adige et Terre d’Adige. Return to text

3 L’acronyme italien indique une Appellation d’Origine Communale : un système de certification visant à attester la provenance d’une denrée agro-alimentaire depuis un certain territoire communal. Return to text

4 Meeting, Incentive, Congress & Events Return to text

5 GARIBALDI Roberta, Rapporto sul Turismo Enogastronomico Italiano 2020: Trend e Tendenze, Associazione Italiana Turismo Enogastronomico, 2020 - ISBN: 979-12-200-6370-8. Return to text

6 DMO = Destination Management Organisation. Return to text

7 Associations de bénévoles chargés de valoriser le territoire. Return to text

8 MAURI Francesco, Progettare progettando strategia. Il design del sistema prodotto, Milano (IT), Masson, 1996, Il Progetto - Dunod, 242 pagine. Return to text

Illustrations

References

Electronic reference

Rosa Roncador and Francesco Anderlini, « Le tourisme œno-gastronomique dans la Piana Rotaliana Königsberg : des perspectives de développement », Territoires du vin [Online], 14 | 2022, 15 December 2022 and connection on 20 May 2024. Copyright : Licence CC BY 4.0. URL : http://preo.u-bourgogne.fr/territoiresduvin/index.php?id=2443

Authors

Rosa Roncador

Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg

Francesco Anderlini

Consorzio Turistico Piana Rotaliana Königsberg

Copyright

Licence CC BY 4.0