Navigation – Plan du site
Dossier thématique - J.-P. Garcia (coord.), Le vin et le lieu

La référence au lieu dans les inventaires mobiliers de la ville de Dijon (1390 – 1588)

Guilhem Ferrand et Jean-Pierre Garcia

Texte intégral

  • 1 Ce travail découle d’un post-doctorat conduit au premier semestre 2012, financé par la région Bour (...)

1Dans le cadre d’une réflexion sur la référence au lieu, l’inventaire mobilier se révèle être une source de premier choix1. Document juridique probatoire dans le cadre d’une succession complexe ou d’une procédure judiciaire, il a d’abord et surtout pour fonction d’identifier et d’évaluer les biens du défunt ou du prévenu pour les restituer aux ayants-droit lorsqu’il y aura lieu, ou une somme d’argent équivalente. Les textes le disent et c’est là toute la logique du document : décrire soigneusement les objets recensés et proposer une estimation de leur valeur. Le travail du scribe en charge de la procédure consiste dès lors à prendre en compte par écrit tous les paramètres permettant de proposer une évaluation au plus juste. Celle-ci n’est pas toujours concomitante de la recension des objets, d’où l’intérêt de soigner la description de ces derniers pour permettre un travail a posteriori. À Dijon, à la fin du Moyen Âge, le clerc de la mairie responsable de l’inventaire prête une attention particulière à l’identification de chacun des objets ainsi qu’à ses différentes caractéristiques. Dans certains cas, un des critères distinctifs participant de l’évaluation du bien est la référence au lieu, qu’il s’agisse d’une ville, comme Metz ou Besançon, ou d’une région, comme l’Allemagne ou la Provence.

  • 2 Annexe 1.

2L’inventaire mobilier se présente sous la forme d’une liste d’objets recensés pièce par pièce dans la majeure partie des cas. Cette liste est précédée d’un protocole initial indiquant quels sont les acteurs de la procédure, le nom du défunt, des ayant-droits souvent, et la date à laquelle l’inventaire a été commencé. On trouve parfois un protocole final, précisant les modalités de garde et de restitution des biens ou de leur valeur lorsqu’il y aura lieu. La liste peut comprendre aussi, le cas échéant, une analyse des principaux papiers conservés par le défunt, actes de vente, d’achat, dettes, etc. L’inventaire des biens du vigneron Oudot Gallot, dressé le 4 octobre 1474, est un bon exemple de ce que peut être ce type de document, dans sa version la plus développée et la plus complète2. Une rapide lecture montre qu’il n’y a, chez lui, que le vin qui soit référencé à un lieu : l’inventaire du cellier indique du vin du cru de Porvieres et de Lochieres. Les documents analysés par le scribe en fin d’inventaire tendent à indiquer qu’il s’agit d’un vin produit dans les vignes du défunt. Il y a là une logique de production, d’identification et de localisation qui semble évidente. C’est pourtant cette évidence qu’il s’agit ici de questionner.

  • 3 Voir publication des inventaires: Ferrand (2018), inventaire n° 34, fol. 1v.
  • 4 Voir publication des inventaires: Ferrand (à paraître), inventaire n° 207, fol. 2.

3Le référencement au lieu du vin dans les inventaires mobiliers de la ville de Dijon, en effet, ne va pas toujours de soi. Un tiers environ des inventaires mentionnent du vin dans la maison au moment du décès. Parmi eux, seulement 10 % proposent un référencement au lieu pour le vin (Ferrand et Garcia 2013a, 2013b). Pour comprendre ce que recouvre ce référencement, il paraît nécessaire de regarder comment le scribe référence au lieu les différents objets de la maison. En effet, d’autres objets que le vin sont référencés au lieu. À dépouiller l’ensemble des documents, force est de constater que, dans le corpus, tous les objets ne sont pas concernés. Le sont essentiellement les tissus, les ceintures, les couteaux et les armes. Ponctuellement, d’autres objets peuvent l’être, comme cette « pinte d’estain a facon de Paris »3 ou ces « VI petis coffres de Tournay a perles »4, mais ce n’est pas la norme. Ailleurs, dans d’autres corpus, cela peut changer. Dans les inventaires catalans, par exemple, on prête une attention à la provenance localisée du bois (Carrère 1966) ; ce n’est jamais le cas à Dijon. Inversement, la grande attention prêtée au géoréférencement des couteaux à Dijon ne se retrouve pas souvent dans les autres corpus. Pour autant, si certaines catégories d’objets peuvent être référencées au lieux, cela n’est pas systématique. Environ 20 % des inventaires proposent un objet, quel qu’il soit, référencé au lieu. Pourtant, il y a des tissus soigneusement décrits dans tous les documents. Cela suffit à indiquer que le référencement au lieu relève d’une distinction de l’objet et que cela a un sens. Tous les scribes utilisent ce critère de la même manière. Dans le lot, toutefois, il y a des faux amis, comme le drap Damas, qui ne renvoie pas – ou plus – à la ville de Damas, mais qui signale simplement un type de drap (qualifié de damassé aujourd’hui) ou le chapeau de Montauban, en fer, qui désigne un type de chapeau mais qui n’a plus aucun rapport avec la ville de Montauban.

La référence au lieu dans le jeu économique

4Dans l’ensemble du corpus dijonnais, dans l’usage de ce critère distinctif, les inventaires des boutiques et des arrières-boutiques se distinguent nettement des inventaires des simples intérieurs particuliers. Cela paraît logique :le magasin concentre les objets disponibles à la vente et qu’est-ce qui différencie des couteaux entre eux sinon la taille, le décor et la provenance (Piponnier 1992 ; Ferrand, à paraître) ? De la sorte, il y a prédominance de la référence au lieu dans les inventaires de stocks chez les marchands. Un regard appuyé sur les inventaires dressés tout au long de l’année 1438 suffit à le montrer :

Figure 1 : La référence au lieu dans les inventaires de l’année 1438 (A.D. Côte-d’Or B II 356/4, C 12 – 19, nos 1, 3ter, 5, 13, 17, 19, 20 et 23)

Figure 1 : La référence au lieu dans les inventaires de l’année 1438 (A.D. Côte-d’Or B II 356/4, C 12 – 19, nos 1, 3ter, 5, 13, 17, 19, 20 et 23)

5L’inventaire du 27 juin est celui d’un mercier. Celui du 15 octobre d’un marchand. Les autres relèvent d’autres professions. La comparaison entre tous ces inventaires met bien en évidence un usage plus important du référencement au lieu dans les inventaires des boutiques.

6Cette prédominance valide l’hypothèse émise et vérifiée par d’autres que la référence au lieu relève d’abord, avant tout et surtout des nécessités, contingences et réalités du commerce. Henri Bresc (1998) l’a très bien montré pour les marchands catalans en Sicile. Michel Bochaca, dans l’étude accompagnant l’édition des livres de comptes de Fortaney Dupuy – un marchand de Bordeaux du tout début du XVIème siècle le dit très bien aussi (Bochaca et Micheau 2014, p. 157-184 en particulier). Le marchand s’approvisionne en lien avec les producteurs qui composent son réseau ; il doit ensuite écouler les marchandises en utilisant ce même réseau : vendre ici tel objet permet de mettre la main sur tel autre et de le vendre ailleurs, etc. Les marchands normands étudiés par Henri Dubois (1982) apportent en Bourgogne des draps produits chez eux mais travaillent, en retour, à produire ou faire produire en Bourgogne de la laine ou des tissus qu’ils emporteront par la suite en Normandie.

7Si l’on compare les différentes références au lieu chez des marchands de régions distinctes, on discerne sans trop de mal des sphères d’influence économique. Les tissus dans le Sud-Ouest, par exemple, proviennent pour beaucoup d’Angleterre, de Normandie et de Flandres. Les draps anglais en Bourgogne, un peu paradoxalement, sont très peu présents ; dominent nettement, à Dijon, les draps en provenance de Normandie et des Flandres. Dans le jeu commercial des réseaux d’approvisionnement, il y a ainsi une sélection qui s’opère. Sur quels critères ? Rien ne permet pour l’instant de le dire.

8Il est possible, toutefois, d’avancer un élément d’explication. La comptabilité commerciale d’un marchand toulousain, au XVème siècle, montre en effet un double mécanisme (Wolff 1952). Pour lui, une des sources principales d’approvisionnement, ce sont les foires de Genève, où il envoie un de ses hommes procéder à différentes acquisitions. Qu’achète le courtier de ce marchand à Genève ? Des draps de Normandie et des Pays-Bas. Envoyer quelqu’un acheter des draps à Genève, cela relève de la problématique d’approvisionnement : il faut bien acheter à un endroit ou à un autre la marchandise que l’on vend ! Y acheter des draps de Normandie et des Flandres, soigneusement référencés au lieu, c’est prendre en compte un critère qualitatif. De la sorte, il y a, au moins par endroits, superposition des contingences économiques liées à l’approvisionnement et de la qualité différenciée de la marchandise. Où s’opère la différence ? Les expressions utilisées pour rendre compte de la référence au lieu livrent une explication très simple :

Figure 2 : Les expressions qui référencent un objet à un lieu dans les inventaires mobiliers de la ville de Dijon

Figure 2 : Les expressions qui référencent un objet à un lieu dans les inventaires mobiliers de la ville de Dijon

9La référence au lieu, de manière explicite, renvoie certes à un lieu, mais tout autant à un savoir-faire lié à ce lieu. Cela n’étonnera personne : le monde du travail au Moyen Âge est centré sur le lieu, sur les professionnels de tel endroit, regroupés, dont la pratique est conditionnée par des statuts particuliers très précis et distincts. De ce fait, chaque groupe professionnel a ses méthodes et ses pratiques. De la sorte, il est logique que la référence au lieu soit explicitement reliée à un savoir-faire et non au lieu lui-même, à son emplacement ou à ses vertus.

10Pourtant, tous les objets ne sont pas référencés au lieu. Ils ont cependant tous été produits à un endroit ou à un autre, c'est-à-dire avec un savoir-faire particulier. À Saragosse, en Espagne, Jean-Pierre Barraqué (1998, p. 342) voit très bien les références au lieu pour les tissus produits ailleurs que dans la ville. La production locale, elle, n’est jamais référencée au lieu, comme si l’ordinaire que tout le monde connaît allait de soi. On distingue donc ce qui est différent de la norme locale, sans doute parce que ces produits sont d’une qualité supérieure ou, plus exactement, que l’on juge supérieure. C’est ce que dit, par exemple, Claude Sicre (1958, p. 96) au sujet des tissus à Toulouse : les personnes de condition modeste se contentent de toile locale, pas forcément très fine ; les autres cherchent celles qui viennent de plus loin « réputées pour leur finesse ».

La référence au lieu dans l’intérieur des maisons

11Si on pénètre dans l’intérieur des maisons, loin des boutiques et du monde marchand, si on compare les intérieurs entre eux, si on compare les intérieurs urbains et les intérieurs ruraux, l’impression qui se dégage est identique : la référence au lieu signale bien un objet de meilleure qualité, l’ordinaire allant de soi et n’étant pas localisé.

  • 5 Corpus publiés : voir Georges Loubès (1972) ; Philippe Wolff (1968)
  • 6 G. Loubès 1972, p. 31, F 31 : « unum mantellum simplicem panni Anglieterre ».

12Différents travaux disponibles sur le Sud-Ouest français permettent une plongée en profondeur et offrent une vue d’ensemble appréciable sur le sujet5. Plusieurs idées ressortent de la lecture de l’ensemble. En premier lieu, le référencement au lieu semble être plutôt une pratique urbaine ; du moins l’usage de ce critère distinctif est-il plus important en ville qu’à la campagne. En deuxième lieu, les références au lieu, en ville comme à la campagne, renvoient d’abord au réseau d’approvisionnement des marchands : il y a coïncidence. En troisième lieu, force est de constater que cette quête de la distinction, par l’acquisition et l’utilisation d’objets jugés de meilleure qualité par leur référence à un lieu lointain, concerne toutes les catégories sociales : ce n’est pas l’apanage des seules classes aisées. L’abbé Loubès par exemple, publie l’inventaire d’un paysan, daté du 18 mars 1441, dans lequel est mentionné un manteau fait avec un tissu d’Angleterre6. En dernier lieu, tous les auteurs s’accordent à dire, et les textes qu’ils éditent montrent sans discussion possible que la référence au lieu sert bien de critère distinctif qualitatif.

13C’est là, sans doute, l’idée-force à retenir. La référence au lieu signale un objet de meilleur qualité. Cela n’est pas nécessairement vrai, mais c’est la manière dont cela est perçu et/ou utilisé/vanté par les marchands. Il ne faut pas oublier que la consommation ressortit d’abord à un jeu psychologique et dans le jeu complexe de vente et d’achat, le savoir-faire d’ailleurs est vécu comme une prime qualitative.

14De la sorte, on peut conclure que dans les différents corpus sollicités, celui d’un large Sud-Ouest comme celui de la ville de Dijon, la référence au lieu pour les différents objets qui y renvoient est un critère distinctif. Le lien au lieu est étroitement lié aux modalités pratiques du monde marchand. Globalement, toutefois, ce lien est perçu comme un critère qualitatif. Cela provient de la connexion qui est établie entre un lieu et un savoir-faire. Référencer un objet à un lieu, c’est signaler un savoir-faire particulier dans sa mise en œuvre et sa production. À Saragosse, Jean-Pierre Barraqué (1982) explique que la céramique est souvent référencée à un lieu, qu’elle provienne réellement ou non de ce lieu-là. C’est le savoir-faire qui prime. Guillermo Tomás Faci, lors d’une journée d’études tenue à Toulouse, le 21 mars 2014, a confirmé l’analyse, élargie à l’ensemble de l’Aragon. La céramique est très bien connue. On sait, aujourd’hui, précisément où elle est fabriquée. La référence au lieu n’est pas nécessairement celle du lieu de production, mais celle du savoir-faire d’origine, d’abord, avant tout et peut-être surtout (Tomás Faci , à paraître).

La référence au lieu du vin

15Les inventaires après décès de la ville de Dijon, entre 1390 et 1588, conservent peu de traces de référence au lieu pour le vin qu’ils recensent, on l’a dit (Ferrand et Garcia 2013a). Ces mentions, pourtant, sont explicites et renvoient aux vignes cultivées aux abords immédiats de la ville. Parmi les lieux cités, la plupart sont les chétifs lieux qui sont proscrits par le Duc Philippe le Bon en 1441. De la sorte – c’est l’analyse que nous en faisons –, la référence au lieu pour le vin est bien un critère distinctif qualitatif, mais négatif (Ferrand et Garcia 2013b). C’est intéressant à souligner et le long détour concernant les autres objets permet d’assurer la conclusion : c’est le même scribe qui traite positivement dans un cas, négativement dans un autre.

16On pourrait s’arrêter là et conclure de l’exemple de Dijon à la fin du Moyen Age, qu'au regard des inventaires mobiliers, le vin n’a pas encore pris sa valeur dans le lieu. On peut toutefois aller plus loin et se demander si c’est bien de cette manière qu’il faut poser le problème. En effet, ce qui définit le vin au Moyen Âge, d’un point de vue qualitatif, c’est le droit, le droit communautaire au premier plan (pour Dijon : Labbé et Garcia 2011 ; pour Bordeaux : Lavaud 2018). Un texte conservé dans le cartulaire de la ville de Toulouse suffit à le montrer de manière très explicite. Il s’agit d’une réglementation concernant le cri public pour la vente du vin, datée du 23 août 1221. Le document explique que, sur le marché, il y a différents vins, soigneusement référencés au lieu, et que ce lieu distingue l’un de l’autre. Mais cela ne doit pas se voir : le texte interdit la distinction par le lieu, pour ramener le vin à un seul, celui de Toulouse (Limouzin-Lamothe 1932, p. 438-439).

17En somme, distinguer un vin par la référence au lieu, c’est surtout dire qu’il n’appartient pas au vin du groupe. C’est de cette manière-là qu’il faut lire les références au lieu dans les inventaires mobiliers de la ville de Dijon. Sans doute la décision est-elle prise pour des raisons qualitatives mais, au fond, qu’est-ce qui nous en assure ? Nous ne maîtrisons pas les goûts, la qualité réelle du vin dont nous parlons – il y a beaucoup d’anachronismes dans l’approche du vin médiéval. L’exemple contemporain de certains vins exclus de telle ou telle AOC peut nous permettre de comprendre peut-être assez bien le phénomène. Les vins exclus ne le sont pas forcément pour des raisons qualitatives : ils le sont d’abord pour des raisons juridiques et pratiques. En Bourgogne, pour la fin du Moyen Âge, le regard est biaisé par le point de vue, célèbre, du duc de Bourgogne, stigmatisant certaines vignes. Dans les inventaires, il y a correspondance entre sa vision et les différentes références au lieu. Mais est-ce correct de poser le problème de cette façon ? La persistance de la culture de la vigne dans les chétifs lieux incite à penser que la question est un peu plus complexe.

18***

19Que retenir de cette première ébauche de réflexion ? Dans les inventaires de Dijon, entre 1390 et 1588, la référence au lieu signale une qualité jugée supérieure pour la plupart des objets, à l’exception notable du vin. Au regard des critères en usage, la valeur du vin ne paraît pas encore ancrée dans un sol. Pourtant, un regard rapide sur la question suggère d’autres critères à prendre en compte, dont le critère juridique. Méconnaît-on les différences ? Des indices nombreux et explicites montrent que non. Mais la communauté l’emporte sur le particulier. C’est là, sans doute, la leçon de la lecture des inventaires mobiliers de la ville de Dijon à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Bibliographie

Barraqué J.-P., 1998, Saragosse à la fin du Moyen Âge. Une ville sous influence, Paris, Montréal, Éditions L’Harmattan, 484 p. (Recherches et documents).

Bochaca M., Micheau J., 2014, Fortaney Dupuy, un marchand de Bordeaux à l’aube de la Renaissance, Saint-Quentin-de-Baron, Les Éditions de l’Entre-deux-Mers, 2 vol.

Bresc H., 1998, Reflets dans une goutte d’eau : le carnet de Girard de Guy, marchand catalan à Termini (1406-1411), Archivio Storico Messinese, 77, p. 5-47.

Carrère C., 1966, La vie privée du marchand barcelonais dans la première moitié du XVe siècle, Anuario de estudios medievales, 3, p. 275-283.

Cursente B., 1996, Vie matérielle et société dans le Béarn médiéval, d’après quelques inventaires de maisons, Revue de Pau et du Béarn, 23, p. 39-55.

Dubois H., 1982, Drapiers normands aux foires de Bourgogne à la fin du Moyen Âge, Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Boüard, Annales de Normandie, hors-série, vol. 1, n° 1, p. 229-242.

Ferrand G., 2018, Les inventaires après-décès de la ville de Dijon à la fin du Moyen Âge. Tome I (1390-1408), Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 660 p.

Ferrand G., à paraître, Les inventaires après-décès de la ville de Dijon à la fin du Moyen Âge. Tome II, Toulouse, Presses Universitaires du Midi.

Ferrand G., à paraître, Marchands et marchandises : l’exemple des inventaires de Dijon à la fin du Moyen Âge », In : Ferrand G. et Petrowiste J. (dir.), Consommateurs et consommation au Moyen Âge (XIe – XVe siècle). L’enjeu des sources.

Ferrand G., Garcia J.-P., 2013, Le vin dans la maison : ce que les inventaires après décès disent de la consommation du vin à Dijon à la fin du Moyen Âge, CHVV, 13, p. 23-43.

Ferrand G., Garcia J.-P., 2013, Le vin chez les gens à Dijon à la fin du Moyen Âge (1390-1588) : les mots et la chose, In : Lavaud S., Chevet J.-M., Hinnewinkel J.-C. (dir.), Vignes et vins. Les itinéraires de la qualité (Antiquité-XXIème siècle), Bordeaux, Éditions Vigne et Vin, p. 29-47.

Labbé T., Garcia J.-P., 2011, Vers la géographie des climats actuels: processus de différenciation des crus viticoles dans le baillage de Dijon du XVIe au XVIIIe siècle, In : Garcia J.-P. (dir.), Les climats du vignoble de Bourgogne comme patrimoine mondial de l’humanité, Dijon, EUD, p. 159-176.

Lavaud S., 2018, L’invention du cru en Bordelais. Du croît d’un lieu au vin de distinction (Moyen Âge-XVIIe siècle), In : Garcia J.-P. (dir.), Le vin et le lieu, Crescentis, 1.

Limouzin-Lamothe R., 1932, La commune de Toulouse et les sources de son histoire (1120-1249). Étude historique et critique suivie de l’édition du cartulaire du consulat, Toulouse, Édouard Privat ; Paris, Henri Didier, 533 p. (Bibliothèque méridionale, 26).

Loubès G. , 1972, Inventaires de mobilier et outillage gascons au XVe siècle, In : BPH du CTHS. 94ème Congrès national des sociétés savantes (Pau 1969), tome II, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 583-627.

Loyce V., 2005, Les intérieurs bordelais à partir des inventaires après décès (vers 1450 – vers 1550), mémoire de maîtrise, Université de Bordeaux III.

Luc p., 1943, Vie rurale et pratique juridique en Béarn aux XIVe et XVe siècles, Toulouse, F. Boisseau, 263 p.

Piponnier F., 1992, Boutiques et commerces à Dijon d’après les inventaires mobiliers (XIVe – XVe siècles), In: Le marchand au Moyen Âge. Actes du 19e Congrès de la SHMESP (Reims, 1988), Nantes, CID éditions, p. 155-163.

Sicre C., 1958, Le décor de la vie privée à Toulouse d’après des inventaires des XIVe et XVe siècles, sous la direction de P. Wolff, mémoire de DES, Université de Toulouse.

Tomás Faci G., à paraître, La consommation des paysans en Aragon à travers les inventaires notariaux (XIVe-XVe siècles), In : Ferrand G. et Petrowiste J. (dir.), Consommateurs et consommation au Moyen Âge (XIe – XVe siècle). L’enjeu des sources.

Wolff P., 1952, Une comptabilité commerciale du XVe siècle, Annales du Midi, 64, p. 131-148.

Wolff P., 1968, Inventaires villageois du Toulousain (XIVe – XVe siècles), In : BPH du CTHS. 91ème Congrès national des sociétés savantes (Rennes 1966), tome II, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 481-544.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Feu Oudot Gallot alias Courtot, vigneron Dijon, Faubourg Saint-Nicolas, rue des Soilliers 1474, 4 octobre

A. A.D. Côte-d’Or B II 356/6, C 12 – 24, n° 4.

C’est la declaracion et tauxe de tous les biens meubles demeurez du decez de feu Oudot Gallot alias Courtot a son vivant vigneron qui ont este trouvez en son hostel en la rue es Soilliers es feurbourgz de Saint Nicolas de Dijon le IIIIe jour du mois d’octobre l’an mil IIIIc LXIIII par moy Jaques Borestel clerc procureur substitut et par l’ordonnance de honorable homme et saige Jehan Rabustel procureur de la ville et commune dudit Dijon, tous lesquelz biens ont este tauxez par gens a ce cognoissans et par serement donne, etc., en la maniere qui cy apresa est contenu. Et en tous lesquelz biens Girarde vesve dudit deffunct a la moittie. Et l’aultre moittie appartient es enfans dudit feu Oudot Courtot et n’en a este fait aulcun partaige, presens a ce fere Pierre du Chat tuteur et Pierre Bouchier curateur de Anthoynote et Pierre enfans maindres d’aige de feu Perrenot Courtot jaidiz filz dudit feu Oudot, presens aussi Jehan Courtot filz dudit deffunct et oncle desd. maindres, Guiot Parisart et pluseurs aultresa

Et premierement, en la cuisine et chas dud. hostel

Deux petiz plas, XI escuelles, deux pintes, 1 pintat, une saulserote, tout d’estain, pesans ensemble ung chaulveaul de morte matiere XIX livres, la livre tauxee cinq blans ; vallent XXIII gros III blans ;

Item trois potz de cuyvre viez et reboitez que grans que petizb garniz de leurs ances de fer pesans ensamble XV livres, la livre tauxee III blans ; vaillent : XI gros 1 blanc ;

Item ung petit viez chaulderon, une chaulderote blainche d’arain garniz de leurs ances de fer, pesans ensamble XV livres, la livre tauxee III blans ; vaillent : XI gros 1 blanc ;

Item ung petit viez chaulderon, une chaulderote blanche d’arain garniz de leurs ances de fer, une petite vielle paelle, ung bassin a boire eaue a quehue de fer, une droisseure a quehue de fer pesans ensamble XIII livresc, tauxe tout ensemble : 1 fr. ;

Item une vielle paelle grasse d’arain a quehue de fer, une vielle grant quassote a enfant et une escrameure a quehue de ferd, une petite vielle lampe garnie de son coppot de cuivre, tauxe tout ensemble : IIII gros ;

Item une greille, deux petiz cromasles, unes anceotes, 1 grapin, tout de fer, tauxe ensemble : dix blans ;

Item ung vielz soillot, 1 mortier de pierre molure, une vielle lanterne, tauxez ensemble : II gros.

En une petite chambre basse empres

Ung petit lit de plumes garny de son coussin, de deux petis vielz linceulx chascun de deux toilles, d’unne coutrepointe, tauxe ensemble son chaslit : II fr. ;b [fol. 1v]

Item quatre vielz linceulx dessirez chascun de deux toilles et ung demi linceul tauxez ensemble : VIII gros ;

Item cinq couvrechiefz, les IIII tous rompuz et dessirez, tauxez ensemble : VI blans ;

Item cinq vielles nappes contenans ensemble XIII aulnes, toutes rompues, tant ouvrees que de toille plaine, tauxees ensemble : IIII gros ;

Item quatre vielles tergeures dessirees tauxees ensemble deux besasses et une chemise a usaige d’omme : IIII gros ;

Item quatre vielles arches que grandes que petites, les trois de chaisne, l’aultre de foul, tauxees ensemble : 1 fr. ;

Item 1 farinier et six quarterainches de farine de froment tauxez ensemble : VIII gros ;

Item une petite may a prestir, deux formes a quatre piedz de bois, une petite meschant archote sans ferrure, quatre sellese chascune a trois piedz de bois, tauxees tout ensemble : II gros.

Ou solier dessus lad. chambre

Ung petit vielz lit de plumes garny de son coussin de mesmes, d’unne vielle couverte de boige gris royee au bout, tauxe tout ensemble : deux fr. ;

Item deux arches de chaisne, l’unne grande et l’aultre petite ferrees et garnies de sarrures, tauxees ensemble : XVI gros ;

Itemf quinze quartherainches froment et trois quartherainches seigle, tauxe tout ensemble : XVI gros ;

Item ung vielz tourt a filler lainne, une eschielle, une petite table de bois de foul garnie de deux tresteaulx, ung vielz muy vuidange, deux moles de bois a ardoir, deux benastons, une chasiere a tenir fromaiges, tauxe tout ensemble : 1 fr. ;

Item pour deux boisseaulx et demi de chenevey : dix blans ;

Item pour chenoves tant cru que ferrete : trois gros ;

Item une nappe de toille plainne contenant trois aulnes, ung flurey neuf et deux vielz, tauxe tout ensemble : III gros.

En l’esmay sur le jardin derriere

Deux vielles belonges, l’unne grande, l’aultre petite, quatreg vielles quehues et troish muys vuidangesi tauxez ensemblej : XVII gros ;

Item une douzainne de vielz benastons : II gros ;

Item pour deux XIInes d’ozieres fendues et pour chenoves non tilie et pour loyeure tauxez ensemble : six gros ;

Item pour environ IIIc de javelles de sarment et pour aultre bois a ardoir estant en la court tauxez ensemble une grande eschielle : six gros ;

Item deuxk petites vielles cupves a mettre vendange, ung petit rondeaul et ung tenot tauxez tout ensemble : trois fr. ;c [fol. 2]

Item cinq fosseurs, une coignie, ung pic et une tranche tauxez tout ensemble : VIII gros ;

Item ung vent, une corde puiseure garnye de son chainneton, une petite corde a avaler vin vielle tauxez ensemble six vielles faulcilles : XIIII blans ;

Item trois vielles pieces de bois esquarrey et ung polain a avaler vin tauxez ensemble : six gros ;

Item une vielle arche de chaisne sans ferrure tauxee ensemble deux douzainnes de cercles de muyz et de demi muyz tauxez ensemble une traere : six gros.

Ou cellier dessoubz

Troisl muyz et sixl demy muyz de vin du creu de Porvieres et de Lochieres qui font trois queheues, la quehue tauxee l’ung portant l’aultre trois fr. demi ; vaillent : dix fr. demi ;

Item trois tynes a porte vin, ung grant antonneur de bois et ung petit de fer blanc, quatre escuelles rageoires, quatre viez tenotz a fere buyee tant grans que petiz, les mars dud. celier, une quehue et trois muys a despense tauxez tout ensemble : XIIII gros.

<Somme> XIII fr. VII gros demi

Unes letres receues par Thierry Jehannin le VIIe jour du mois de fevrier mil IIIIc et cinquante seellees des seaulx de la chancellerie de monseigneur le duc de Bourgoingne, par lesquelles appert que Jaquote vesve de feu Gaulthier Bernard jaidiz potier d’estan baille a cense annuelle et perpetuelle en imphiteote a Oudot Garnot vigneron pour luy et ses hoirs une piece de vigne contenant environ cinq quartiers assize ou finaige de Dijon ou lieu dit en Porvieres empres les vignes du Saint Esperit d’unne part et courtour de pluseurs vignes d’aultre part pour le pris de dix solz tournois de cense. Cottee au doz par A ;

Unes aultres letres seellees desd. seaulx receues par Pierre Jabry le XIXe jour de mars mil IIIIc quarante six par lesquelles appert que Huguenin Girard clerc baille comme dessus aud. Oudot Garnot alias Courtot et a Jehan Courtot son filz pour eulx et leurs hoirs une maison, mex, aisances, etc., assiz es feurbourgz de Saint Nicolas en la rue es Soilles empres la maison que tient dud. Huguenin Clement Lodilet d’unne part et les fossez de la ville dud. Diion d’aultre part, pour le pris de vint gros. Cottee au doz par Bd ;

Unes aultres letres de Alixandre de Pontaillier abbe de Saint Estienne de Diion de la date du jour des Ingnoscens mil IIIIc XXXIIII, par lesquelles appert que led. abbe baille a cense annuel et perpetuel en imphiteote a Oudot Garnot de Loicheroy une piece de vigne estant de sa [fol. 2v] selle, contenant environ trois quartiers assize ou finaige de Dijon ou lieu dit en la Ribotee de coste Jehannote fille de feu Clement d’Auteville d’unne part, pour le pris de huit gros. Cottee au doz par C ;

Unes aultres letres seellees des seaulx de lad. chancellerie receues par Valenchot Bataillon le XXIIe jour du mois de janvier l’an mil IIIIc XLIX, par lesquelles appert que Michelot Vinere vigneron demorant a Dijon vend perpetuelment aud. Oudot Courtot et a Jehan son filz pour eulx et leurs hoirs une piece de vigne contenant environ ung journaul assize oud. finaige ou lieu dit en Porveres empres les religieux du Saint Esperit de Dijon d’unne part et contour de pluseurs vignes d’aultre part, pour le pris de XIIII fr. Cottee au doz par De ;

Unes aultres letres seellees des seaulxm de doyen et chappitre de la chappelle de monseigneur le duc de Bourgoingne a Dijon de la datte du lundi XVe jour de janvier mil IIIIc XLVII signee par J. Fevre, par laquelle appert que lesd. doyen et chappitre baillent a cense annuelle et perpetuelle en imphiteote aud. Oudot Garnot alias Courtout pour luy et les siens une piece de vigne contenant environ demi journaul assize oud. finaige ou lieu dit darrieres Tulley empres la vigne d’ung nomme le maistre d’ostel vigneron d’unne part parmi paiant chascun an a la feste de Toussains XIIII blans. Cottee au doz par E ;

Unes aultres letres receues soubz les seelz des cours de lad. chancellerie et de l’officialite de Langres le XXVIIIe jour du mois de juing l’an mil IIIIc LX par Jehan Michelot par lesquelles appert que Jehan Vachote alias Garnot demorant a Selongey confesse devoir aud. feu Oudot Courtot et a Jehan Courtot son filz la somme de trois frans et demi pour cause de prest a luy fait, oblige par expres certains heritaiges, promet paier a la Toussains lors suiguant. Cotte au doz par Ff.

Tous lesquelz biens cy dessusn declairez ont este laissie en garde aud. Jehan Cortot alias Garnot, lequel les confesse avoir eu et receu. Et iceulx il promet remettre en main de justice et en rendre bon et loyal compte toutes et quantesfois que requiz en serao du consentement des dessus diz tuteur et curateur. Et de ce il a oblige tous ses biens a la court de, etc. ; presens les dessus dizg.

a. Rayé : declairee.- b. Rayé : pesans.- c. Rayé : la livre.- d. Rayé : tauxees ensemble trois gros.- e. Rayé : a.- f. Rayé : pour.- g. Dessous, rayé : trois.- h. Rayé : ung.- i. Rayé : une aultre vielle quehue aussi vuidange.- j. Rayé : neuf gros demi.- k. Rayé : cupves.- l. Dessous, rayé : quatre.- m. Rayé : d’abbe et couvent de Saint Estienne de.- n. Rayé : inventoriez et.- o. Rayé : Et de ce.

Haut de page

Notes

1 Ce travail découle d’un post-doctorat conduit au premier semestre 2012, financé par la région Bourgogne.

2 Annexe 1.

3 Voir publication des inventaires: Ferrand (2018), inventaire n° 34, fol. 1v.

4 Voir publication des inventaires: Ferrand (à paraître), inventaire n° 207, fol. 2.

5 Corpus publiés : voir Georges Loubès (1972) ; Philippe Wolff (1968)

Études d’ensemble : Benoît Cursente (1996) ; Pierre Luc (1943) ; Claude Sicre (1958) ; Virginie Loyce (2005)

6 G. Loubès 1972, p. 31, F 31 : « unum mantellum simplicem panni Anglieterre ».

a Marge haute : Des biens de feu Oudot Garlot alias Courtot a son vivant vigneron.

b Bas du folio : <Somme> VI fr. VII gros demi.

c Bas du folio : <Somme> XV fr. 1 gros demi.

d Marge gauche, souligné : et a Jehan son filz

e Marge gauche, souligné : et a Jehan son filz

f Marge gauche, souligné : et a Jehan son filz

g Bas du folio : Somme de toute de la valeur desd. biens meubles ; en a la moittie lad. vesve et les enfans l’aultre : XXXV fr. IIII gros demi

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La référence au lieu dans les inventaires de l’année 1438 (A.D. Côte-d’Or B II 356/4, C 12 – 19, nos 1, 3ter, 5, 13, 17, 19, 20 et 23)
URL https://preo.u-bourgogne.fr/crescentis/docannexe/image/224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 : Les expressions qui référencent un objet à un lieu dans les inventaires mobiliers de la ville de Dijon
URL https://preo.u-bourgogne.fr/crescentis/docannexe/image/224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guilhem Ferrand et Jean-Pierre Garcia, « La référence au lieu dans les inventaires mobiliers de la ville de Dijon (1390 – 1588) », Crescentis : Revue internationale d'histoire de la vigne et du vin [En ligne], 1 | 2018, Dossier thématique - J.-P. Garcia (coord.), Le vin et le lieu, mis en ligne le 11 septembre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : https://preo.u-bourgogne.fr/crescentis/index.php?id=224

Haut de page

Auteurs

Guilhem Ferrand

Université de Toulouse, UMR 5136 Framespa / Terrae

Jean-Pierre Garcia

Université de Bourgogne, UMR 6298 ARTEHIS

Articles du même auteur

  • Le vin et le lieu [Texte intégral]
    Introduction
    Paru dans Crescentis : Revue internationale d'histoire de la vigne et du vin, 1 | 2018
Haut de page
  • Logo MSH de Dijon
  • Logo Université de Bourgogne
  • Logo CNRS
  • Logo Chaire Unesco Culture et Traditions du vin
  • Logo Chaire Unesco Culture et Traditions du vin