Skip to navigation – Site map
Nos archives : le mouvement syndical

Stéphane Paquelin, Roger Dessagne . Vivre et lutter au pays des gueules noires, Beaune, La Toison d'or, 2005.

Georges Ubbiali

Index terms

Mots-clés :

Syndicat
Top of page

Full text

1Préfacée par Jean Kaspar, ancien secrétaire général de la CFDT, voici une biographie qui devrait retenir l'attention des passionnés d'histoire sociale. Ecrite par un historien, collaborateur de notre revue, à l'initiative de Roger Dessagne, ainsi qu'on l'apprend dans les dernières lignes de l'ouvrage, la vie de ce dernier est restituée dans toute la richesse de ses multiples engagements. On laissera de côté les multiples coquilles ou fautes d'orthographe (Bourdieux pour Bourdieu, pour ne citer que ce seul exemple), pour nous intéresser à la méthode que Paquelin choisit pour décrire l'itinéraire de Dessagne. En effet, l'angle retenu par lui s'inspire clairement d'une approche structurelle de la singularité individuelle. Il ne s'agit pas de dresser un portrait hagiographique d'un militant mineur CFTC puis CFDT de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), sorte de parcours d'un héros prolétarien se déployant suivant le fil d'une volonté exemplaire, marqué par les étapes d'un engagement multipositionné (syndicalisme, politique (PS), associatif). Chacune des trois parties qui composent le récit (l'enfance, la vie professionnelle, l'engagement post-travail) est à chaque fois l'occasion de rappeler les conditions socio-économico-cuturelles dans lesquelles se déploie l'action du militant. Ainsi, l'enfance est l'occasion de décrire le milieu d'une certaine extrême droite catholique (les Croix de Feu) dont le père était membre, mais aussi le rôle de la guerre de 14-18 sur les destins individuels, et en particulier le fort désenclavement géographique qu'elle a entraîné pour les milieux populaires. C'est dans ce cadre que l'individu est présenté, au risque parfois d'ailleurs de ne pas mettre suffisamment en valeur la richesse de sa propre parole. Ainsi, très peu d'extraits d'entretiens sont proposés à la lecture, alors qu'une partie importante de la documentation disponible, ainsi qu'il est rappelé dans les notes de bas de pages, provient d'entretiens avec le militant. L'engagement du jeune mineur à la JOC, puis beaucoup plus tard au PS, permet ainsi de revenir sur l'histoire de ces organisations, ce qui demande de la part de l'historien une grande maîtrise. Biographie très riche, dont l'un des intérêts est de présenter un personnage qui a permis à la CFDT de reconstruire une organisation au sein de l'univers minier après la scission de 1964. En effet, la fédération des mines CFTC, sur laquelle des informations méconnues, voire inédites, sont apportées, fit le choix majoritaire de rester à la confédération chrétienne lors du congrès de l'évolution vers la CFDT. L'ouvrage apporte également de multiples informations sur le prolongement de l'engagement du syndicaliste arrivé à la retraite en 1981. Le lecteur constatera que cette dernière est très loin de constituer une « mort sociale » pour un personnage qui a passé sa vie à conjuguer travail (il ne fut jamais permanent syndical) et responsabilités diverses et variées. Au final, c'est le portrait d'un de ces « sans-grade » qui constituent la chair et le sang du mouvement ouvrier de ce pays, avec ses qualités, mais aussi ses défauts (la quête des médailles par exemple), que l'on suit tout au long de ce livre. Il s'agit là d'une contribution de grand intérêt, à travers un individu, sur le milieu social des mineurs de Saône-et-Loire, ainsi que sur la transformation et la laïcisation progressives du monde catholique.

Top of page

References

Electronic reference

Georges Ubbiali, « Stéphane Paquelin, Roger Dessagne . Vivre et lutter au pays des gueules noires, Beaune, La Toison d'or, 2005. », Dissidences [Online], Février 2012, Nos archives : le mouvement syndical, Online since 04 November 2011, connection on 11 August 2020. URL : http://preo.u-bourgogne.fr/dissidences/index.php?id=770

Top of page
  • Logo Université de Bourgogne
  • Logo MSH de Dijon