Skip to navigation – Site map
TRAVAUX EN COURS

La construction du personnage féminin dans les romans de Rosa Regàs

Jennifer Houdiard

Full text

1La rédaction d’un mémoire de Master 2 intitulé « Ecriture romanesque et reconstruction de la mémoire dans Luna lunera de Rosa Regàs », nous a conduite à étendre notre recherche à l’ensemble de l’œuvre narrative de cette romancière espagnole, soit quatre romans, en centrant plus précisément notre étude sur le traitement des figures féminines. Notre propos est de dégager les particularités de l’écriture regasienne en ce qui concerne les personnages féminins, en montrant notamment dans quelle mesure la recréation, au sein de la fiction, d’un contexte extrafictionnel identifiable comme réel, est déterminante ; cet ancrage de la diégèse dans l’espace méditerranéen et dans un contexte historique large, où le temps de l’histoire est démultiplié par la mémoire jusqu’à devenir le temps de l’Histoire, participe de la construction des personnages de femmes de Rosa Regàs en même temps qu’il est le principal mécanisme de leur déconstruction, notamment lorsqu’il s’émousse et que la « réalité » devient une simple toile de fond dont les protagonistes se détournent, au risque de sombrer dans la folie. La déconstruction passe également par la place que les protagonistes féminines occupent dans le système des personnages : aussi bien d’un point de vue narratif et actanciel que selon une perspective familiale, sociale et symbolique, ces personnages de femmes occupent des places inconfortables, auxquels sont associés des rôles mal définis et des quêtes impossibles. L’écriture regasienne passe d’une fragmentation formelle à un morcellement du personnage lui-même, donnant ainsi à voir au lecteur des figures féminines de plus en plus complexes et dérangeantes.

2Il importe tout d’abord de se pencher sur la nature même de ces textes, et sur leurs modalités narratives. Entre fiction totalement fabulée et roman autobiographique, l’écriture romanesque de Rosa Regàs relève de l’autofiction : ses romans se nourrissent de ses expériences personnelles, de ses préoccupations et de ses convictions, notamment en ce qui concerne la féminité et la condition féminine. Nous serons donc amenée à examiner certains aspects de ses romans à la lumière de textes ne relevant pas de la fiction, et à utiliser un corpus additionnel constitué d’essais, de billets d’humeur, de conférences et d’interview (dont celle que Rosa Regàs nous a accordée en juin 2008), sans bien sûr tomber dans l’écueil du biographisme, mais dans l’optique d’étudier la genèse des personnages féminins sans couper le texte de son contexte de production, déterminant dans le cas de romans autofictionnels.

3Une partie importante de notre travail sera consacrée à l’étude de l’espace et du temps dans lesquels s’inscrivent les figures féminines regasiennes : il s’agit toujours de l’Europe contemporaine, essentiellement l’Espagne, au passé meurtri par les conflits nationaux et internationaux du XXe siècle, dont les femmes ont été à la fois exclues et victimes ; exclues parce que femmes, ce qui les éloignait à la fois des enjeux politiques et des combats, victimes en tant que mères, épouses ou filles (jamais en leur nom propre selon l’Histoire), victimes d’Etats totalitaires misogynes, victimes parce que dépositaires d’une mémoire qui s’apparente davantage à un fardeau qu’à une richesse. Cela nous amènera à dégager le rôle fondamental de la modalité du « savoir » dans la construction des personnages féminins des romans de notre corpus.

4Une étude approfondie sera consacrée à la focalisation et aux voix narratives : les voix qui se multiplient jusqu’à la saturation dans Luna lunera évoquent le morcellement du « savoir », tandis que le regard du protagoniste masculin sur l’héroïne de Azul révèle un « non-savoir » et met en exergue la complexité d’un personnage féminin que l’on sera contraint de lire « en creux »… ce qui pose également le problème du « savoir » du lecteur et de la réception des personnages féminins.

5L’étude des personnages féminins, et plus particulièrement des protagonistes, nous conduira logiquement à considérer leur place au sein des systèmes constitués par l’ensemble des personnages apparaissant dans chacun des quatre romans qui constituent notre corpus. Nous considèrerons donc les relations qui s’établissent dans la diégèse entre les figures féminines principales et les personnages secondaires, en tentant de déterminer les critères qui définissent certaines figures en tant que protagonistes. Elles se différencient, dans les quatre romans, par le fait qu’elles sont en position de sujet d’un point de vue actanciel, mais également par leur qualité de personnages complexes, face à des figures secondaires plutôt archétypiques, et enfin par un certain nombres de critères qui relèvent de la réception, notamment en ce qu’elles sont le principal support d’identification pour le lecteur, comme nous tenterons de le démontrer. Les protagonistes féminines incarnent la complexité face à la simplicité des personnages secondaires, mais elles s’opposent également à une série de personnages présents dans les quatre romans, que nous nommerons les « monstres » : représentations de figures archaïques tutélaires malveillantes, voire destructrices, personnages collectifs menaçants, ou personnification de pulsions dérangeantes, ces figures participent de la construction des protagonistes féminines et jouent également un rôle de premier plan dans leur déconstruction.

6Nous nous intéresserons également aux enjeux du processus de construction-déconstruction des personnages féminins, en tentant notamment de montrer que l’un de ses effets est une rupture de l’homéostasie littéraire et narrative : la complexification et la multiplication des voix qui donnent à voir ces figures féminines au lecteur atteint son apogée dans le troisième roman, Luna lunera, puis s’estompent pour laisser place à une apparente simplicité formelle dans La canción de Dorotea. Or, c’est au contraire dans ce roman que le processus de fragmentation culmine, en installant le morcellement au cœur même du personnage féminin central, et en faisant entrer la confusion au sein d’un système des personnages dont l’équilibre est totalement bouleversé, notamment par le gommage des frontières entre les personnages eux-mêmes. Ce dernier roman marque, selon nous, le passage d’une écriture « névrotique » à une écriture « psychotique », la stabilité des personnages comme du système dans lequel ils s’inscrivent étant mise à mal par l’irruption d’un élément jusque là refoulé : l’éclosion du désir féminin.

Top of page

Bibliography

Corpus d’étude

Regàs, Rosa (1991). Memoria de Almator. Barcelone: Planeta.

Regàs, Rosa (1994). Azul. Barcelone: Destino.

Regàs, Rosa (1999). Luna lunera. Barcelone: Plaza & Janés.

Regàs, Rosa (2001). La canción de Dorotea. Barcelone: Destino.

Top of page

References

Electronic reference

Jennifer Houdiard, « La construction du personnage féminin dans les romans de Rosa Regàs », Textes et contextes [Online], 2 | 2008, Online since 21 November 2017, connection on 29 May 2022. URL : http://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=154

Top of page

About the author

Jennifer Houdiard

thèse de littérature espagnole sous la direction de Mme Anne Charlon

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Textes & Contextes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page
  • Logo Université de Bourgogne
  • Logo Centre Interlangues TIL
  • Logo MSH Dijon