Skip to navigation – Site map

Full text

1Michel Guérin est un écrivain et philosophe français né en 1946. Professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille et membre honoraire de l’Institut universitaire de France, il a publié d’une part des ouvrages et des articles de philosophie – à l’enseigne d’une Figurologie – , d’autre part des essais esthétiques ou critiques, ainsi que des textes de fiction, rangés en Figurologiques. La Figure est donc au cœur de l’œuvre de l’auteur, qu’elle soit étudiée (philosophiquement) pour elle-même ou qu’elle permette, en qualité d’instrument de pensée relayé par l’écriture, de saisir intuitivement et singulièrement des motifs littéraires, artistiques, historiques. Deux questionnements, en étroite corrélation avec le thème de la Figure, tiennent une place essentielle dans la pensée de Michel Guérin : le geste et la croyance. Philosophie du geste (1995) a connu une réédition augmentée en 2011, tandis que La Croyance de A à Z, publié aux Belles Lettres en 2015 prend la forme d’un abécédaire pour tenter de saisir le geste de croire par un de ses tours protéiques. Son dernier ouvrage, Le Cimetière marin au boléro (février 2017), est un commentaire détaillé du célèbre poème de Paul Valéry, dont le premier groupe de strophes a sans doute vu le jour en 1917.http://www.guerin-figurologie.f

2Chloé Morille est ancienne élève de l’ENS de Lyon et agrégée de Lettres modernes. Elle consacre ses recherches de littérature comparée aux interactions entre littérature et arts. Parallèlement à des travaux sur les rapports entre littérature et photographie, elle mène actuellement une thèse à l’université Bordeaux Montaigne sur les résonances de la préhistoire dans la littérature et les arts-plastiques de l’entre-deux-guerres à nos jours.

3Anne Béchard-Léauté est maître de conférences en Civilisation britannique à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne. Depuis dix ans, elle est co-responsable du Master 2 professionnel édition d’art livre d’artiste et enseigne principalement le design, la civilisation britannique et la traduction. Depuis ses premières recherches en historiographie de l’histoire de l’art (Ph.D. de l’université de Cambridge, 1999) elle s’intéresse aux phénomènes d’interculturalité dans le design contemporain et l’édition d’art. Elle étudie également l’interface entre les langues et les arts et a traduit de nombreux ouvrages d’histoire de l’art, principalement pour les éditeurs britanniques Phaidon et Thames & Hudson. Elle traduit actuellement, en collaboration avec Laurence Tuot, le premier essai du graveur surréaliste Stanley William Hayter (New Ways of Gravure, O.U.P., 1949). Par ailleurs, elle a notamment publié, en collaboration avec Valentine Oncins, Le livre d’artiste depuis 1980/Le livre d’artiste depuis 1980 en France et au Royaume-Uni /Developments in the field of the Artist’s Book since 1980 in France and the United Kingdom, Presses universitaires de Saint-Étienne, coll. « Arts », 2014, 272 p.

4Laurence Tuot est plasticienne et maître de conférences en arts plastiques à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne où elle est responsable de l’atelier gravure du département d’arts plastiques et co-responsable du Master 2 édition d’art/livre d’artiste. Chercheuse associée au CIEREC de Saint-Étienne elle est l’auteure d’une thèse de doctorat consacrée aux rapports entre la création artistique et la nourriture et s’intéresse à la question de l’éphémère dans l’art contemporain. Sur ce sujet, elle a notamment dirigé la publication de l'ouvrage Le Feu à l'oeuvre dans la création contemporaine (Presses universitaires de Saint-Étienne, coll. « Arts », juin 2018, 220 p). Elle a étudié la gravure, qu'elle pratique depuis 2002, dans l'atelier parisien de Françoise Bricaut. Ses recherches actuelles portent sur le livre d’artiste, la gravure polychrome, et de façon plus générale sur l’image imprimée. Elle travaille notamment, avec Anne Béchard-Léauté, à la traduction de l’ouvrage New Ways of gravure de Stanley William Hayter.

5Michael Phillips taught English literature at Oxford, University College London and Edinburgh University before joining the interdisciplinary Centre for Eighteenth Century Studies at the University of York, where he is now an Emeritus Fellow. He has been guest curator of major Blake exhibitions at Tate Britain and the Metropolitan Museum of Art, New York (2000-2001), at the Petit Palais (2009), and most recently his acclaimed exhibition and catalogue at the Ashmolean Museum, University of Oxford, William Blake Apprentice & Master (2014). His publications also include William Blake The Creation of the Songs From Manuscript to Illuminated Printing (2000) and his edition of The Marriage of Heaven and Hell (2011). Michael’s training as a printmaker has enabled him to explore and replicate Blake’s graphic techniques re-creating examples from Blake’s illuminated books.http://williamblakeprints.co.uk

6Cyril Lacheze est doctorant en Histoire des techniques au sein de l’IHMC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a suivi une formation en violon moderne au CRR de Boulogne-Billancourt puis à l’École Normale de Musique de Paris, avant de se spécialiser en violon baroque. Il a également suivi un cursus complet en histoire des techniques et en archéologie à l’université Paris 1 avec une spécialisation sur les techniques des périodes moderne et contemporaine ; sa thèse porte sur les modes de pensées techniques à travers l’exemple de la terre cuite architecturale. C’est dans le cadre de son cursus en histoire des techniques qu’il a réalisé un Master portant sur la tenue du violon baroque, thématique qu’il continue de développer par la pratique historiquement informée des musiques anciennes, sur instruments et avec techniques d’époque. Publications sur le sujet de la technique du violon baroque : « La tenue du violon, XVIe-XVIIIe siècles », à paraître dans Polymatheia ; « Le jeu du violon en France dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Arrêt sur scène, n°5, 2016, pp.153-159 ; « La tenue du violon à l’époque baroque. Quelles sources pour une histoire du geste ? », e-Phaïstos, vol. II n°2, décembre 2013, pp.28-42 ; La tenue du violon à l’époque baroque, Mémoire de Master II d’Histoire, Université Paris 1, 2013, 2 vol, 389 p. ; La tenue du violon à l’époque baroque, Mémoire de Master I d’Histoire, Université Paris1, 2012, 109 p.

7Marion Weckerle est doctorante en Histoire des techniques au sein de l’IHMC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a suivi une formation musicale au CRR de Strasbourg puis en ethnologie et en histoire des techniques, respectivement à l’université Paris X et Paris 1. Elle travaille, dans le cadre de sa thèse de doctorat, sur l’application de savoirs techniques de différents domaines sur un même objet, avec l’hydravion ancien comme étude de cas. En parallèle, elle travaille sur les techniques de jeu de la clarinette et d’autres instruments à vent anciens, ainsi que sur la transmission des savoirs associés, dans l’optique de restituer ces répertoires de manière historiquement informée, sur instruments et techniques de jeu d’époque. Publications sur le sujet : « Lignées techniques des instruments de musique en corne, apports de l’histoire des techniques à l’organologie», e-Phaïstos, V-1, printemps 2018, [en ligne], http://journals.openedition.org/​ephaistos/​1251; « Gestes musicaux / gestes historiques : la tenue de la clarinette »à paraître dans Polymatheia.

8Barbara Grespi est maître de conférence en études cinématographiques et visuelles à l'Université de Bergame, Italie. Elle a écrit sur le thème du geste entre cinéma et photographie, sur le rapport entre cinéma et mémoire et sur les théories du montage. Ses publications les plus récentes incluent Memoria e Immagini (dir., Mondadori, 2009), Cinema e montaggio (Carocci, 2010), Gus Van Sant (dir., Marsilio, 2011), Fuori quadro. Follia e creatività fra arte, cinema e archivio (dir. avec Elio Grazioli et Sara Damiani, Aracne, 2013), Overlapping Images. Between Cinema and Photography (dir. avec Luisella Farinotti et Barbara Le Maître, Mimesis 2016), Harun Farocki. Pensare con gli occhi (dir. avec Luisella Farinotti et Federica Villa, Mimesis 2017). Sa dernière monographie est intitulée : Il cinema come gesto. Incorporare le immagini, pensare il medium (Aracne, 2017). Elle appartient depuis 2007 au comité de sélection du Festival International du film de Turin.

9Jennifer Watson Wester is Assistant Professor of Art History at Notre Dame of Maryland University in Baltimore, Maryland, USA. She holds a doctorate in the History of Art from Johns Hopkins University. A specialist in modern art, her research addresses the conception of a new realism in postwar France, as it relates to shifting notions of reality or “the real” itself. She is currently at work on a book manuscript, tentatively titled ‘Facing the Real: Arman, 1954-1964’, which treats the early work of Arman (1928-2005) as a case study for the kinds of socio-philosophical negotiations happening around the ideas of ‘the real’ and realism, particularly as they relate to the question of representation in art.

10David Devanny  is a multi-media artist, writer and researcher. He is currently studying for a PhD in Digital Literatures at Falmouth University where he is a lecturer in English, Publishing and Creative Writing. He has presented papers at a number of international peer-reviewed conferences including E-Poetry Kingston, ELO Bergen and the British and Irish International Poetry Symposium. David’s print work has been published in a wide variety of magazines and in his debut pamphlet wasps on the way (Mews Press: 2012).  David’s multimedia work has been presented and exhibited in a number of performances and exhibitions including  The Phoenix, Husk Arts and Glasgow School of Art and in a number of collaborations with Andrew Fentham. His interactive piece ‘orange sweatshirt’ was shortlisted for The New Media Writing Prize. He is currently Writer in Residence at Cyprus Well. 

11Andrew Fentham is a Cornwall-based independent writer and artist. A debut poetry pamphlet, Romanesco (Eyewear), appeared last year, and poems and translations have appeared in magazines and anthologies in the UK, Ireland, France, Hungary and the US. A debut gallery installation, Project (Hatton Gallery, Newcastle upon Tyne), appeared in 2015. Last year he was Young Writer-in-Residence at the Charles Causley Trust; he was a resident translator at the Magyar Fordítóház (Hungarian Translators’ House) in Balatonfüred in 2016 and 2017. With Pen (New Fire Tree), a pamphlet of poems on WS Graham, Barbara Hepworth and the St Ives School, will appear in 2018, as part of the program of events celebrating Graham’s Centenary.

Top of page

References

Electronic reference

« Notes on contributors », Interfaces [Online], 39 | 2018, Online since 01 July 2018, connection on 12 December 2018. URL : http://preo.u-bourgogne.fr/interfaces/index.php?id=500

Top of page
  • Logo Université de Bourgogne
  • Logo College of the Holy Cross
  • Logo Université Paris Diderot - Paris 7
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Interlangues TIL
  • Logo LARCA
  • Logo MSH Dijon